Cinéma

La Douleur de Duras fait le bonheur de Finkiel

Mélanie Thierry dans La douleur - Photo LES FILMS DU LOSANGE

La Douleur de Duras fait le bonheur de Finkiel

La douleur de Marguerite Duras, mais aussi Pentagon Papers, Fortunata et Marie Curie offrent quatre beaux portraits de femmes plongées dans le chaos de leur époque et résistant chacune à leur manière à la domination masculine.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 23.01.2018 à 12h25,
Mis à jour le 23.01.2018 à 13h00

Emmanuel Finkiel adapte le roman de Marguerite Duras, La Douleur, qui sort au cinéma le 24 janvier. Le livre avait bouleversé le réalisateur lorsqu'il l'avait lu adolescent. 

Dans la France Occupée, en juin 1944, l'écrivain Robert Antelme (Emmanuel Bourdieu) est arrêté et déporté. Son épouse Marguerite (Mélanie Thierry), elle aussi écrivaine et résistante, est angoissée par l'absence de nouvelles et inquiète que sa liaison secrète avec Dyonis (Benjamin Biolay) soit découverte. Elle rencontre alors un agent français de la Gestapo, Rabier (Benoît Magimel), avec qui elle tisse une relation ambigüe pour pouvoir retrouver son mari. La guerre touche à sa fin. Les déportés commencent à revenir des Camps. Entre le chaos de la libération, Marguerite trouve l'attente du retour de son mari de plus en plus intenable...
 
La Douleur, écrit à partir des Cahiers de guerre de Marguerite Duras, n'est évidemment pas un biopic même s'il est inspiré de faits réels. Emmanuel Finkiel assume aussi ce parti pris fictionnel: "Moi, je ne connais pas d’écrivain, je connais des gens qui écrivent. Le personnage de l’écrivain est un concept et je voulais d’emblée évacuer la figure de Duras - son récit lui-même me l’autorisait puisqu’on ne peut pas dire que c’est une véritable autobiographie."

Le livre est un recueil d'histoires mélangeant observations personnelles et récits imaginaires. Il a été publié chez P.O.L en 1985 et en poche chez Folio en 1993 puis adapté au théâtre quelques fois, notamment par Patrice Chéreau en 2008 avec Dominique Blanc. On retrouve aussi le texte dans le 4e volume des œuvres complètes de l'auteure publiée dans la “Bibliothèque de la Pléiade” et en version numérique. C'est la première fois que ce texte est adapté au cinéma. 

Notons par ailleurs que les Nouvelles éditions JMP sortiront en mars Duras et le cinéma, essai sur le lien entre l'écrivaine et le 7e art signé Maïté Snauwaert.
 

Les autres films du 24 janvier 2018

- Pentagon Papers de Steven Spielberg. Le film reconstitue la divulgation en 1971 de secrets d'Etat sur la relation entre les Etats-Unis et le Vietnam depuis les années 1950, de la manipulation politique au désastre de la guerre. C'est à la fois un film sur la liberté de la presse, l'accès des femmes au pouvoir et la fabrication d'un journal. Le scénario a été écrit à partir de plusieurs sources documentaires. Katharine Graham (Meryl Streep), patronne du Washington Post, qui va devenir sous sa direction le quotidien réputé que l'on connaît aujourd'hui (et qui appartient à Jeff Bezos, le patron d'Amazon, depuis 2013), avait obtenu le Pulitzer de la biographie avec ses mémoires Personal History (Albert A. Knopf, 1997), et non traduites en France. Philippe Labro en avait fait son portrait dans Mon Amérique: 50 portraits de légendes (Points, 2016). Autre personnage du film, et au cœur du scandale, l'ancien ministre Robert McNamara, dont Le Seuil a édité en 2016 son autocritique, Avec le recul: la tragédie du Vietnam et ses leçons

- Fortunata de Sergio Castellito. Prix d'interprétation féminine à Un certain regard au dernier festival de Cannes pour Jasmine Trinca, ce portrait d'une romaine qui tente de joindre les deux bouts dans un quartier populaire a été écrit par l'épouse du cinéaste, Margaret Mazzantini. L'écrivaine italienne est publiée en France chez Robert Laffont. Son dernier livre, Splendeur, est paru il y a un an, traduit par Delphine Gachet.

- Marie Curie de Marie Noëlle. Ce biopic allemand permet de découvrir sous un autre éclairage la célèbre scientifique. Bayard jeunesse publie le 7 février Le véritable destin de Marie Curie, qui découvrit la radioactivité. Chez Chours, en avril, Marie Curie, une autre biographie jeunesse signée Jordi Bayarri sera en librairie. Enfin, Odile Jacob avait édité Marie Curie, une biographie de Susan Quinn en novembre 2016.

 





Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
S

Sylvie Bages

il y a 2 ans à 09 h 51

Et ne pas oublier aussi, pour la jeunesse, le beau roman historique de Gertrude Dordor : "Marie Curie : une scientifique de génie" paru chez Belin en 2016 dans la collection "Avant de devenir...".


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités