Assises du livre numérique

La lecture a progressé pendant le premier confinement

Photo SNE/MÉDIAMÉTRIE

La lecture a progressé pendant le premier confinement

Dans une édition spéciale de leur baromètre des usages des livres numériques, des livres audio et des livres imprimés, la Sofia, le SNE et la SGDL constatent une augmentation des pratiques de lecture pendant le confinement du printemps. Le livre numérique, en particulier, a connu une croissance spectaculaire.

J’achète l’article 1.50 €

Par Charles Knappek,
Créé le 14.12.2020 à 19h00,
Mis à jour le 14.12.2020 à 20h00

Les Français ont davantage lu pendant le premier confinement et se sont massivement tournés vers les livres numériques. C’est ce qui ressort de l’édition spéciale du baromètre des usages des livres numériques, des livres audio et des livres imprimés commandé par la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (Sofia), le Syndicat national de l’édition (SNE) et la Société des gens de lettres (SGDL) auprès de Médiamétrie.

Selon l’étude menée en ligne par Médiamétrie entre le 13 et le 20 octobre, 64 % des Français de plus de 15 ans ont lu, quotidiennement (25 %) ou une à plusieurs fois par semaine (39 %) des livres imprimés ou numériques pendant le confinement du printemps 2020.

Le livre numérique est le support qui obtient la meilleure progression : 35 % des Français de plus de 15 ans déclarent en effet avoir lu un livre numérique ; ils n’étaient que 25 % dans le baromètre de janvier 2020. Le livre audio numérique a aussi connu un bel essor : 15 % des Français y ont eu recours pendant le confinement, contre 11 % en janvier. Sans surprise, les jeunes représentent les plus gros contingents de lecteurs numériques : la moitié des 15/34 ans sont aujourd’hui adeptes des formats dématérialisés et 27 % des parents ont découvert le livre numérique pendant le confinement. Médiamétrie estime ainsi à environ 4,4 millions le nombre de personnes qui ont diversifié leur pratique (déjà lectrices, elles ont découvert un nouveau support).

Globalement, le confinement a aussi incité les personnes déjà utilisatrices d’un support donné à intensifier leur pratique. Les lecteurs de livres papier sont ceux qui ont le plus augmenté leur temps de lecture (24 % d’entre eux), suivis par les lecteurs de livres audio (15 %) et ceux de livres numériques (14 %). Un engouement qui se retrouve dans les niveaux de ventes : 60 % des lecteurs ont acheté au moins un livre, en priorité sur les boutiques en ligne de grandes surfaces spécialisées comme la Fnac ou Cultura (18 %), devant la librairie indépendante en click & collect (17 %) et Amazon (16 %).

Parmi les catégories les plus lues, la littérature domine de très loin (79 % des lecteurs), devant les essais et documents (23 %), les bandes dessinées (21 %), les livres pratiques (12 %) et les ouvrages de sciences humaines et sociales (11 %). Quant aux motifs de lecture, c’est le plaisir qui est le plus souvent évoqué (26 % des lecteurs), devant l’utilité (33 %) et la valeur refuge (10 %).

Selon l’étude, les pratiques observées devraient s’inscrire dans la durée. 26 % des lecteurs pensent que le confinement aura un impact durable sur leurs pratiques de lecture, en particulier les 15/24 ans, les parents et les lectrices. Cet impact est encore plus fort chez les lecteurs de livres numériques (36 %), les auditeurs de livre audio physiques (38 %) ou audio numériques (41 %). De plus, 21 % des lecteurs pensent intensifier leurs pratiques de lecture au cours des prochains mois (69 % pensent qu’elles vont rester stables).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités