E-books

La rentrée littéraire piratée

La rentrée littéraire piratée

Contre le piratage, le SNE propose deux solutions labellisées, l’une développée par les éditeurs britanniques et l’autre par une société française. - Photo Photomontage/Olivier Dion

La rentrée littéraire piratée

J’achète l’article 1.5 €

Par Hervé Hugueny,
avec Créé le 26.09.2014 à 18h30

Français ou étrangers, l’essentiel des auteurs de cette rentrée littéraire sont disponibles gratuitement sur Internet, sur un site proposant un service d’hébergement gratuit et illimité. Ces livres numériques piratés proviennent d’un ensemble de fichiers d’abord déposés sur un compte de Microsoft Cloud, le service de stockage de Microsoft, fermé après avoir été signalé par Actualitté, fin août.

Ces fichiers sont réapparus peu après, dupliqués pour certains d’entre eux en plusieurs exemplaires, affectés à des comptes différents sur ce site. Lequel héberge aussi l’ancien contenu d’Alexandriz, aujourd’hui fermé, et dont les auteurs sont passés devant un juge d’instruction.

Ce qui est disponible sur ce site de stockage va bien au delà de ce qui avait été déposé sur le cloud de Microsoft, ou produit par Alexandriz. On y trouve des milliers d’e-books en français, mais aussi en anglais, en espagnol, dans tous les genres : sentimental, policier, SF, littérature contemporaine, essais, etc. - et évidemment, le livre de Valérie Triweiler, à côté des textes de Jose Luis Borges, William Burroughs, Sorj Chalandon, et bien d’autres... Ils sont le plus souvent en EPUB, parfois en PDF, ou en .mobi, format adapté au Kindle d’Amazon. Le site héberge aussi des films, des séries, de la musique, des logiciels, des jeux vidéos, des revues, etc.

Aucunes coordonnées d’entreprise ou de gestionnaire ne sont mentionnées sur ce site, qui rappelle toutefois dans ses conditions d’utilisation la réglementation du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle, et décline toute responsabilité en cas d’usage frauduleux par des internautes.

Cette prolifération illustre la difficulté de la lutte contre le piratage, toujours à recommencer. En réponse à l’inquiétude des professionnels, le Syndicat national de l’édition (SNE) a labellisé deux solutions, l’une légère et inspirée du programme mis en place par l’association des éditeurs britanniques, et l’autre plus construite et proposée par Hologram Industrie. Pour encourager les adhésions à la seconde, le SNE propose un test gratuit sur un mois, pour 50 éditeurs, avec deux livres chacun. Le prix de revient de la surveillance diminue avec le nombre d’adhérents: de 1 euro à 35 centimes par livre et par mois, avec la subvention de la Sofia. Hervé Hugueny

26.09 2014

Auteurs cités

Les dernières
actualités