L'ABF cartographie ses initiatives d'inclusion | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 08.06.2018 à 22h09 (mis à jour le 13.06.2018 à 11h59) Bibliothèque

L'ABF cartographie ses initiatives d'inclusion

Luc Maumet, de l'EDRLab, et Françoise Fontaine-Martinelli, de la commission Accessibib, présentent la carte de France des initiatives pour l'inclusion - Photo LÉOPOLDINE LEBLANC

Dans le cadre de son 64e congrès, du 7 au 9 juin à La Rochelle, l’Association des bibliothécaires de France a présenté plusieurs ressources pour accompagner la profession dans l’inclusion des personnes qui présentent des troubles de la lecture.

Que peut-on créer en bibliothèque pour compenser les troubles de la lecture? C’est la question posée par la commission Accessibib, vendredi 8 juin, lors d’une rencontre avec les professionnels à l’occasion du 64e congrès de l’Association des bibliothécaires de France. Pour y répondre, la commission a présenté une carte de France des initiatives pour l’inclusion qui référence les actions menées par les bibliothèques. "Chaque entrée renvoie sur les articles du blog pour savoir ce qui se fait et où", explique Françoise Fontaine-Martinelli, responsable de la commission. L’idée: "mettre en réseau le plus possible" et, surtout, inviter chacun à "piocher des idées ou contacter les personnes", souligne-t-elle.
 
Une démarche de recensement qui fait écho au travail effectué par l’European digital reading lab (EDRLab) avec sa cartographie des solutions numériques. Présenté le même jour par Luc Maumet, membre actif de la commission et consultant à l’EDRLab, le graphique recense l’ensemble des ressources numériques existantes pour accompagner les personnes dyslexiques, qu’il s’agisse de livres spécifiquement adaptés (avec une coloration des caractères, une police spécifique, un interlignage accentué, etc.) ou de logiciels de lecture qui permettent d’adapter un texte numérique déjà édité.
 
"Ces solutions devraient être proposées dans toutes les bibliothèques", souligne Luc Maumet. Si certaines difficultés de paramétrages des outils et d’achat de matériel sont à prendre en compte pour les dépasser, l’obstacle principal demeure, selon le consultant, celui du DRM (Digital Rights Management), verrou numérique qui protège le livre d’une éventuelle copie. "Aujourd’hui, les livres du prêt numérique en bibliothèque (PNB) ne peuvent pas s’ouvrir dans les logiciels de lecture spécialisés", précise Luc Maumet. La solution viendrait alors, selon lui, du DRM LCP, "un verrou numérique plus léger", que l’EDRLab vise à mettre en place.
close

S’abonner à #La Lettre