Littérature

Le bon bilan de la rentrée

Le prix Goncourt est toujours un accélérateur de ventes. Lauréat 2019 Jean-Paul Dubois pour Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon chez l'Olivier. - Photo OLIVIER DION

Le bon bilan de la rentrée

Après deux années médiocres, la rentrée littéraire 2019 a plus séduit le public, avec 55 titres apparus au moins une fois dans nos palmarès de meilleures ventes et, avant même le rush des fêtes de fin d'année, une progression des ventes de 42 %.

J’achète l’article 4.5 €

Par Anne-Laure Walter,
Créé le 29.11.2019 à 00h00,
Mis à jour le 29.11.2019 à 16h37

La rentrée littéraire n'a pas dit son dernier mot. Ce rendez-vous de l'automne, qui a perdu près d'un tiers de son chiffre d'affaires en six ans selon une étude GFK présentée au début de l'été aux Rencontres nationales de la librairie, a, cette année, retrouvé ses lecteurs. D'après l'outil d'analyse mis en place depuis 2015 par Livres Hebdo, parmi les 524 romans répertoriés dans notre bibliographie de la rentrée 2019 (1), 55 ont pointé au moins une fois dans notre palmarès hebdomadaire des meilleures ventes de fiction, établi par GFK, entre le 23 août et le 22 novembre, contre 52 un an plus tôt.

Cette progression de 6 % est d'autant plus significative que les éditeurs, conscients de la nocivité de la course à la production, avaient réduit de 7,6 % le nombre de titres programmés à cette période, par rapport à l'année précédente. Cette rentrée plus concentrée s'est donc aussi révélée plus efficace puisque les 55 romans présents dans les tops représentent une part record de 10,5 % des 524 parutions, contre 9,2 % à l'automne 2018.

Avec des ventes arrêtées au 17 novembre, les 55 titres à avoir percé se sont écoulés en cumulé à 1 425 132 exemplaires, selon GFK, soit une progression de 42 % (400 000 exemplaires supplémentaires) par rapport au total des performances des 52 romans qui ont émergé à la même période en 2018. Nous avons publié ce bilan de la rentrée littéraire quinze jours plus tôt que les années précédentes, et corrigé en conséquence les données de l'an passé, en arrêtant les ventes au 18 novembre 2018, afin de donner une photographie du marché, à la veille du début des achats de Noël. Ces résultats, qui sont amenés à progresser surtout pour la tête du palmarès et les livres primés souvent choisis comme cadeaux de Noël, laissent donc augurer une belle fin d'année pour le livre. Car la rentrée littéraire accompagne un ressaisissement du marché en général. Depuis janvier, l'activité dans les points de ventes de livre progresse de 0,7 % selon nos données Livres Hebdo/Xerfi/I+C (voir p. 37) avec un troisième trimestre à +3,5 % par rapport à la même période de 2018 (2) et un mois d'octobre 2019 à + 4 % à un an d'intervalle.

Baromètre Nothomb

Le succès du cru automnal 2019 bénéficie par ailleurs à plus d'éditeurs puisque 25 maisons ont vu un de leurs titres de la rentrée arriver au moins une fois dans les meilleures ventes de romans, au lieu de 23 l'an passé. Depuis quatre ans, c'est le groupe Madrigall qui place le plus grand nombre de titres dans le palmarès (15). Cette année, le groupe a aussi généré le plus de ventes, 32 % de l'ensemble devant Albin Michel, qui en a réalisé 27 %. Vient ensuite Média-Participations qui, pour sa deuxième rentrée littéraire depuis le rachat du Seuil et de la Martinière, réalise 11,4 % des ventes. Le groupe, qui participe depuis peu à la course aux grands prix d'automne, a bénéficié du succès, sur la troisième marche du podium des meilleures ventes, de Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon, de Jean-Paul Dubois, édité à l'Olivier et couronné par le Goncourt 2019.

Conformément à la tradition, le Goncourt apparaît en tête de notre classement à côté du dernier Amélie Nothomb. Mais, particularité cette année, le Renaudot attribué à Sylvain Tesson pour La panthère des neiges (Gallimard) s'est glissé entre eux, en deuxième position. Amélie Nothomb, qui publie chaque automne avec une régularité de métronome et culmine en tête des ventes, fait figure de baromètre d'une rentrée. Son dernier opus, Soif, passé à deux voix du Goncourt, s'est écoulé à 189 326 exemplaires au 17 novembre 2019 contre 114 209 pour Les prénoms épicènes au 18 novembre 2018 soit une progression de 66 %.

Les prix jouent toujours leur rôle d'amplificateur de ventes notamment le Goncourt et le Renaudot. Celles de Jean-Paul Dubois ont triplé, se hissant de 46 000 exemplaires le 4 novembre, jour de remise du prix, à 138 948 exemplaires mi-novembre. Celles du livre de Sylvain Tesson ont été multipliées par 2,8, grimpant de 50 000 exemplaires à 141 480 exemplaires.

Le poids de l'expérience

Contrairement à l'an passé où les choix des jurés des grands prix s'étaient portés sur la découverte avec des premiers ou deuxièmes romans, cette année, l'expérience a primé. Ils ont couronné des romanciers aguerris, qui avaient déjà un lectorat fidèle, ce qui se ressent nécessairement sur les ventes. Ainsi, le Goncourt 2019 connaît au 17 novembre des ventes supérieures de 75 % à celle du premier roman de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux (Actes Sud), le lauréat 2018. Le phénomène est encore plus flagrant pour le Goncourt des lycéens, avec + 116 % d'exemplaires écoulés pour Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard) par rapport à Frère d'âme de David Diop (Seuil), pour le prix de l'Académie française avec + 182 % pour Laurent Binet (Civilizations, Grasset) cette année par rapport à Camille Pascal (L'été des quatre rois, Plon) en 2018, et surtout pour le Renaudot, à + 2 600 % entre le deuxième roman de Valérie Manteau, Le sillon (Le Tripode) couronné en 2018, et La panthère des neiges de Sylvain Tesson, primé par surprise par le jury, qui ne l'avait pas sélectionné initialement.

Les prix sont le reflet d'un mouvement général des lecteurs cet automne vers des romanciers à l'œuvre déjà bien fournie. D'ailleurs, seuls trois premiers romans se sont frayé un chemin vers les palmarès de meilleures ventes de fiction, contre 7 l'an dernier, où les romanciers émergents, publiant leur premier ou deuxième ouvrage, représentaient ensemble plus du quart du palmarès 2018 (14 titres sur 52). L'âge moyen des romanciers classés se trouve mécaniquement augmenté, à 55 ans, soit trois de plus que l'an passé. Même la benjamine, Cécile Coulon, âgée de 29 ans, signe avec Une bête au Paradis (L'Iconoclaste) son sixième roman !

Enfin si l'on se prête au jeu du portrait type du romancier entrant au moins une fois dans les meilleures ventes, il s'agit d'un homme (même si un mouvement vers la parité s'amorce puisque les romancières ont signé 44 % des titres classés, un record !), de 55 ans, écrivant en français (82 % des titres) et publiant chez Madrigall.

Le top des romans de la rentrée littéraire

Ventes des ouvrages de la rentrée littéraires et nombre de semaines de présence dans les meilleures ventes hebdomadaires de Livres Hebdo du 24 août au 18 novembre 2019. Les romans considérés sont ceux répertoriés dans lers bibliographies "Rentrée littéraire" du LH 1225 du 1225 p. 120 et suivantes. Sources Livres Hebdo/GFK

Une rentrée littéraire concentrée et plus efficace

400 000 exemplaires supplémentaires vendus

Un plus large éventail d'éditeurs

Le domaine français, star de la rentrée

Vers la parité

La prime à l'expérience


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités