Le classement de Shanghai et le marché du livre

Le classement de Shanghai et le marché du livre

Le classement de Shanghai et le marché du livre

La position de la France dans le classement de Shanghai n'est guère réjouissante. Rappelons-le. Le classement prend plusieurs critères en compte, avec des pondérations spécifiques : le nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les anciens élèves et parmi les chercheurs, le nombre de chercheurs les plus cités dans leurs disciplines, le nombre d'articles indexés dans le Science Citation Index, et l'Arts & Humanities Citation Index, ainsi que la taille de l'institution. Le classement porte sur cinq grands domaines : sciences de la terre et mathématiques, sciences de l'ingénieur et sciences informatiques, sciences de la vie et agronomiques, sciences médicales et sciences sociales. Le classement 2008 nous laisse une fois de plus KO : certes, quelques universités françaises se distinguent (université de Paris VI, université de Paris 11, université de Bordeaux 1, Ecole normale supérieure, université de Paris VII et université de Paris V), mais ce classement reste largement dominé par les universités américaines, et la France ne se place qu'en douzième position derrière non seulement les Etats-Unis, mais aussi le Royaume-Uni, le Japon, la Suède, le Canada, la Suisse, l'Allemagne, l'Australie, les Pays-Bas, Israël et la Chine. On a critiqué ce classement sous l'angle de la part excessive donnée aux publications en langue anglaise ou des effets de taille des établissements. On met moins en évidence deux effets qui sont loin d'être négligeables. Le premier a trait à la place respective des livres et des revues, le second au modèle économique de la diffusion des connaissances. Sur le premier point, le chercheur et son laboratoire sont jugés à l'aune des publications scientifiques dans des revues à comité de lecture. Les livres sont quantité négligeable. Un Tristes Tropiques vaudrait moins qu'une publication dans la revue International Journal of Anthropology . Est-ce tout à fait raisonnable ? Le second point mérite un bref rappel. Le marché des revues scientifiques, dont une étude menée pour la Commission européenne par un groupe de chercheurs de l'Université libre de Bruxelles et de l'Université des sciences sociales de Toulouse (1) estimait le chiffre d'affaires à 7 à 11 milliards de dollars en 2001, est fortement concentré autour d'Elsevier, Kluwer, Blackwell, Springer notamment. Sur ce marché, la matière première est doublement subventionnée. D'une part, les auteurs sont des chercheurs rémunérés par leurs laboratoires publics ou privés, qui envoient régulièrement leurs travaux à des revues en vue d'une publication et qui ne sont pas payés pour celle-ci. Quant au travail des rapporteurs, qui évaluent la qualité de l'article proposé, il n'est pas rémunéré, sauf exception. D'autre part, ce sont surtout des bibliothèques publiques –financées sur fonds publics- qui s'abonnent aux revues scientifiques. Le mode d'évaluation des universités conduit ainsi à privilégier certaines formes de publication au détriment des autres, et de manière incidente, certains éditeurs au détriment des autres. On peut certes arguer que les revues scientifiques ont deux fonctions essentielles à la communauté des chercheurs. La première est la certification, la seconde la dissémination. Certification, puisque chaque article envoyé par un chercheur à une revue dont il considère qu'elle est susceptible de le publier, doit passer le barrage de la relecture par d'autres chercheurs qualifiés. Les « relecteurs » ignorent en principe qui est l'auteur de l'article dont ils s'engagent à rendre compte ; ils remettent un rapport argumenté sur la qualité de la méthode et des résultats. Si l'article est accepté, il est publié. La dissémination peut alors intervenir. D'autres chercheurs ont en effet accès à la publication, ils la citent dans leurs propres travaux, et le nombre des citations est un critère déterminant, comme on l'a vu, de l'appréciation de la notoriété et de la qualité d'un chercheur. Le travail des éditeurs de revues est essentiel, mais considérer que ces deux fonctions – certification, dissémination - ne sauraient être portées que par des articles, et que les livres n'ont guère de valeur scientifique est un choix non neutre non seulement pour les modalités concrètes de production et de diffusion du savoir, mais aussi pour le marché de l'édition de livres. (1) Mathias Dewatripont, Victor Ginsburgh Patrick Legros, Alexis Walckiers, Jean-Pierre Devroey, Marianne Dujardin, Françoise Vandooren, Pierre Dubois, Jérôme Foncel, Marc Ivaldi, Dominique Heusse, Study on the economic and the technical evolution of the scientific publication market in Europe,  Report commissioned by DG-Research, EC, January 2006 .
15.10 2013

Auteurs cités

Les dernières
actualités