Le grand prix de l'imaginaire a été décerné à Stéphane Beauverger pour Le Déchronologue | Livres Hebdo

Par Marie Kock, avec mk, de Nantes, le 01.11.2009

Le grand prix de l'imaginaire a été décerné à Stéphane Beauverger pour Le Déchronologue

Les deux livres primés cette année (c) M. Kock

Remis lors du festival international de science-fiction, les Utopiales, qui s'est déroulé à Nantes ce week-end, le GPI récompense le meilleur roman francophone de l'année.

Le grand prix de l'imaginaire (GPI), décerné lors des Utopiales, qui se sont déroulées du 29 octobre au 1er novembre, a récompensé cette année dans la catégorie francophone le roman de Stéphane Beauverger, Le Déchronologue (La Volte).
Il a aussi couronné dans la catégorie roman étranger Roi du matin, reine du jour de Ian MacDonald (Denoël).

Le prix de la nouvelle francophone est allé au Diapason des mots et des misères (recueil) de Jérôme Noirez (Griffes d'encre). Celui de la nouvelle étrangères à Des choses fragiles de Neil Gaiman (Au diable Vauvert).

Dans la catégorie jeunesse, c'est le roman d'Anne Fakhouri, Le Clairvoyage (L'Atalante) qui a été primé. Enfin, le prix Jacques Chambon de la traduction a salué le travail de Gilles Goullet pour Vision aveugle de Peter Watts (Fleuve Noir).

Enfin, en marge du GPI, le prix Julia Verlanger a été remis à Eifelheim, de Michaël Flynn.

Malgré l'absence de son invité d'honneur, Robert Charles Wilson, retenu pour raisons de santé, cette édition des Utopiales a été marquée par une belle fréquentation, notamment le samedi, jour phare du festival. Cette affluence a profité à l'espace librairie qui n'a pas désempli, grâce à de nombreuses séances de signatures.
close

S’abonner à #La Lettre