Manifestation

Le livre et le vin se marient bien en Touraine

Jean-Martin Dutour, gérant de la cave-librairie Les Saisons, à Tours et Chloé Lucidarme - Photo ES

Le livre et le vin se marient bien en Touraine

Ils sont de plus en plus nombreux, les cavistes-libraires ou libraires-cavistes. Ils tiennent même salon, ces 9 et 10 décembre, à Paris. A cette occasion, Livres Hebdo a rencontré le vigneron Jean-Martin Dutour, qui a créé une cave-librairie en Touraine pour croiser deux univers emblématiques de la région : le livre et le vin.

Par Élisabeth Segard , à Tours (Touraine)
Créé le 04.12.2023 à 16h35 ,
Mis à jour le 10.12.2023 à 11h24

Les amateurs de vins sont-ils aussi amateurs de livres ? Pour Jean-Martin Dutour, « ces deux produits sont des piliers de notre culture, particulièrement ici en Touraine ». C’est ce qui a poussé ce producteur de chinon a ouvrir en 2020 Les Saisons Tours, une cave-librairie derrière l’opéra de Tours.

Une idée venue d'Allemagne

« L’idée est née lors d’un voyage à Munich, se rappelle Jean-Martin Dutour. Là-bas, les magasins à double concept sont courants. J’avais observé que le centre-ville de Tours compte essentiellement des boutiques prêt-à-porter monomarques et qu’à l’inverse, cela n’existe pas dans le vin. Nous avons acheté ce local de 50 m² pour présenter notre production, c’est une cave monomarque, et nous nous sommes demandé ce qui se mariait le mieux avec le vin. » Au pays de Rabelais (les limites de l’appellation chinon correspondent à celle de la rabelaisie), le livre lui est apparu une évidence. « Le vin et le livre ont beaucoup en commun, ce sont des langages qui rassemblent. On débat d’un vin comme on le fait d’un roman. »

Ni Jean-Martin Dutour ni son associé Christophe Baudry ne sont libraires, le premier a une formation d’ingénieur agro, le second, de viticulteur. Ils partagent leur projet à Stéphane Emond, gérant de la librairie Les Saisons de La Rochelle, qui accepte d’assurer la partie logistique. La cave-librairie Les Saisons Tours ouvre en avril 2020.

Si la maison Baudry-Dutour est un poids lourd dans son secteur (5,5 millions de CA en 2022, 200 ha de vignes et un million de bouteilles produites), elle n’envisage pas le livre comme un faire-valoir. Chloé Lucidarme, docteure en littérature et dotée d’une expérience de libraire, a été recrutée afin de créer le fond et faire vivre la librairie. « J’affine le stock en fonction de notre clientèle, explique-t-elle. Par exemple, j’ai réduit le nombre de références en pâtisserie, un rayon qui marche pourtant bien chez mes confrères, et j’ai de plus en plus d’ouvrages de cuisine végane ou de cuisines du monde. »

Lire : Vaucluse : Nelson Monfort crée son festival œno-littéraire

Décalage dans les réassorts

La cave-librairie compte 1200 références, toutes orientées autour du vin et de la gastronomie. Sur les étagères, les mangas côtoient les beaux-livres, comme Chine, le livre de cuisine (éditions Phaidon). Une bible de 2 kilos et 720 pages, à la tranche dorée. « J’essaie de trouver un équilibre, précise Chloé Lucidarme. Un livre comme celui-ci, à 45 euros, se vend peu mais ça me semble important de l’avoir. C’est une référence, comme Vionorama, publié cet été par Hachette. »  Une table est consacrée aux romans. On y trouve la trilogie polar d’Agathe Portail, Mangez-moi, d’Agnès Desarthe ou encore Lunch-box, d’Émilie de Turckeim. « Je fais beaucoup de veille sur Decitre, souligne Chloé Lucidarme. Parfois, mes commandes interpellent Stéphane Emond et il prend l’un des ouvrages pour sa librairie. » L’un de ses derniers coups de cœur ? Ballade funéraire gourmande, de Julien Barbet et Julie Chauville (éditions Fage).

Les commandes transitent par la librairie Les Saisons de La Rochelle grâce à un module du logiciel Ellipses conçu sur mesure et sont récupérées une fois par mois. Une contrainte qui induit un décalage important dans les réassorts. La libraire la contourne en choisissant des romans parfois oubliés qui suscitent la surprise, comme Verre cassé, d’Alain Mabanckou (Seuil), et en présentant des éditeurs spécialisés comme les Éditions de l’Épure. Mi-novembre, les Rencontres François Rabelais ont rassemblé à Tours la crème des universitaires et des chefs autour du sujet de la gastronomie ; Chloé Luciarme en a profité pour inviter trois auteures en dédicaces.

Trois ans après l’ouverture, le bilan dévoile des clients fidélisés par la sélection. La librairie-cave vend plus de bouteilles que de livres mais pour Jean-Martin Dutour, l’essentiel est ailleurs. Elle offre une passerelle entre ces deux univers : « Le livre permet d’expliquer le vin et sa culture, dont beaucoup de pans sont méconnus, tandis que la viticulture et la gastronomie sont très présentes dans la littérature. »

4ème édition du Salon Mi-livre, mi-raisin

Les dernières
actualités