Disparition

A 93 ans, Yves Bonnefoy, poète, théoricien, critique littéraire et historien de l'art est décédé le vendredi 1er juillet a-t-on appris dans la soirée.

Né à Tours en 1923 d'une mère institutrice et d'un père employé de chemin de fer, Yves Bonnefoy suit des études de mathématiques puis de philosophie, à la Sorbonne. C'est en croisant André Breton et ses surréalistes qu'il choisit de se lancer dans la poésie.

Grand traducteur de Shakespeare, il a aussi rédigé plusieurs dizaines d'essais. Après avoir été professeur d'université, il a été élu en 1981 au Collège de France. Il fut par ailleurs directeur de collection chez Flammarion (Idées et recherches). 

Le tournant poétique 

Yves Bonnefoy publie en 1953 son premier recueil de poésies : Du mouvement et de l'immobilité de Douve (Mercure de France).

L'ouvrage marquera le commencement de plus de 50 années de parutions poétiques, parmi lesquelles : L'Arrière-Pays (Skira 1972, 1992), Ce qui fut sans lumière (Mercure de France, 1987), Début et fin de la neige (Mercure de France, 1991), Rue traversière et autres récits en rêve (Gallimard, 1992) ou encore Les Planches courbes (Gallimard, 2015). 

Parallèlement, Yves Bonnefoy a publié des dizaines d'essais historiques et critiques, de Peintures murales de la France gothique en 1954 à Notre besoin de Rimbaud (2009) et La Communauté des critiques (2010).

Récompenses 

A 83 ans, Yves Bonnefoy avait reçu le prix Franz Kafka 2007, pour l'ensemble de son œuvre, devenant ainsi le premier français à recevoir cette prestigieuse récompense. Le jury international avait, loué une œuvre qui célèbre "la fugacité de nos vies, leur finitude et le mensonge de la mort". 

Parmi les nombreux autres prix reçus tout au long de sa carrière, il reçut notamment le prix de l'Académie française en 1981, le Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son œuvre en 1987, le prix de la BNF en 2013 ou encore le Grand prix National de poésie.

En 2013, il avait également été récompensé par le prix de Littérature en langues romanes de la Foire internationale du livre de Guadalajara, et s'était pour l'occasion déplacé au Mexique suscitant un enthousiasme sans précédent du public. 

L'Echarpe rouge (Mercure de France) publié en avril 2016, restera le dernier ouvrage publié du vivant de l'auteur. Dans cette confession bouleversante virant à l'essai sur le langage, Yves Bonnefoy revenait, un demi-siècle plus tard, sur ses relations avec son père et sa mère. Dans une avant-critique que publiait Livres Hebdo à la sortie de L'Echarpe rouge, Laurent Lemire résumait :"L'écrivain (...) s'est quelquefois dévoilé dans d'autres ouvrages, mais jamais aussi simplement, en faisant aussi distinctement le lien entre ses parents et sa passion des mots, des symboles et des arts".

Les grandes dates d'Yves Bonnefoy
1923 : naissance à Tours (Indre-et-Loire).
 
1943 : s'installe à Paris.
 
1947 : s'éloigne du surréalisme.
 
1953 : son premier grand recueil, Du mouvement et de l'immobilité de Douve. Travaille par la suite au CNRS.
 
1957 : début de ses traductions de Shakespeare (Henri IV, Jules César, Hamlet).
 
1960 : à partir de cette année, régulièrement invité dans des universités françaises (Vincennes, Nice ou Aix) et étrangères (New York, Yale, Williamstown ou Genève)
 
1966-1972 : corédacteur de la revue "L'éphémère".
 
1968 : mariage.
 
1972 : L'arrière-pays, une de ses premières proses poétiques.
 
1981 (jusqu'en 93) : titulaire au Collège de France de la chaire d'études comparées de la fonction poétique.
 
1981 : grand prix de poésie de l'Académie française.
 
1987 : grand prix de la Société des Gens de Lettres, Goncourt de la poésie.
 
1993 : grand prix national de la poésie.
 
2010 : parution d'un "Cahier de l'Herne" consacré au poète.
 
2016 : publication de L'Echarpe rouge


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités