Le Prix littéraire des collégiens reprend, sans Amazon | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 04.12.2018 à 21h08 (mis à jour le 07.12.2018 à 10h54) Québec

Le Prix littéraire des collégiens reprend, sans Amazon

Les livres sélectionnés pour le Prix littéraire des collégiens 2019

Après deux semaines de polémiques, les organisateurs du prix littéraire des Collégiens s'est résigné à abandonner son nouveau mécène, Amazon. Mais son avenir est de nouveau fragile.

Après deux semaines de suspension, le prix littéraire des Collégiens au Québec est relancé. Les activités du prix littéraire reprennent "immédiatement" et les exemplaires des livres finalistes vont être expédiés dans les 65 institutions participantes avant les fêtes.
 
Les organisateurs ont annoncé que la Fondation Marc Bourgie soutiendra finalement cette édition 2019, actant l'abandon du sponsor Amazon.  "De concert avec le comité de coordination du Prix, elle s’investira au cours des prochains mois à réunir toutes les conditions nécessaires pour assurer le développement, la relève et la pérennité du Prix", annonce le communiqué.
 
Claude Bourgie Bovet, présidente de la Fondation, assure au moins pour une année encore, la poursuite de cet événement qu’elle a cofondé avec tant de passion.
 
Dans le quotidien La Presse, Sylvie Bovet, coordonnatrice du prix, explique que la Fondation en l’absence de propositions alternatives concrètes et après beaucoup de discussions, n’a pas eu le choix, sauf à condamner l’événement :  "on en était à l'échéancier maximal pour les activités, on devait envoyer les livres avant les Fêtes et on ne voulait pas pénaliser les collégiens", précise-t-elle.

Solution à court-terme
 
C’est donc une solution rapide qui a été trouvée pour éteindre le feu déclenché avant le Salon du livre de Montréal, lorsque le prix littéraire des Collégiens avait révélé que son mécène était Amazon. Cette annonce avait entraîné une violente polémique avec les libraires et les écrivains. Le 16 novembre, un groupe de 280 enseignants du Cégep demande l’intervention du gouvernement "afin que cette activité soit maintenue et valorisée sur le long terme", mais sans Amazon.
 
Les organisateurs plaidaient pour le besoin de recettes supplémentaires qui auraient permit de structurer le prix littéraire, notamment en embauchant, en améliorant sa visibilité et en assurant son avenir au-delà des fondateurs. Cette quête d’un commanditaire avait été un impératif après l’abandon des aides gouvernementales l’an dernier. Depuis, les finances du prix sont très vulnérables.
 
Si Amazon n’est plus mécène, rien n'empêche de trouver un autre sponsor. Dans Le Devoir, Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des libraires du Québec (ALQ), a assuré que "Le milieu du livre sera là pour la suite des choses, selon les besoins de la Fondation." Jean-Benoît Dumais, directeur général de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, souhaite, avec d’autres acteurs du milieu du livre, "aider à rassembler les conditions nommées antérieurement par Madame Bourgie Bovet, pour une édition renouvelée du Prix en 2020."
 
Depuis sa création en 1997, la Fondation Marc Bourgie a soutenu financièrement plus de 1 000 étudiants afin qu’ils puissent réaliser leurs projets d’études collégiales ou  universitaires, et soutient en tant que commanditaire principal le prix littéraire des Collégiens, cofondé en 2003 par Claude Bourgie Bovet et Bruno Lemieux.
 
close

S’abonner à #La Lettre