Édito par Fabrice Piault, rédacteur en chef

Photo PHOTO OLIVIER DION

Qu’on ne reproche pas à Françoise Nyssen, dont Livres Hebdo publie sa première interview six mois jour pour jour après sa nomination le 17 mai, d’être au gouvernement la représentante du monde du livre ou, pis, de l’édition. La ministre de la Culture et de la Communication admet évidemment parfaitement connaître l’écosystème du secteur, ce qu’elle considère comme un atout. Mais elle rappelle qu’elle a aussi accompagné tout au long de son parcours de multiples manifestations culturelles nourrissant une réflexion "à 360 degrés". Surtout, elle estime être aujourd’hui dans une nouvelle phase de sa vie, "en responsabilité dans ce ministère où [elle] travaille avec détermination et passion".

Comment et pour quoi ? Aurélie Filippetti, qui partage avec l’ancienne présidente d’Actes Sud la familiarité avec le monde du livre, a saisi l’occasion de son passage au ministère (2012-2014) pour lancer le plus important plan de soutien à la librairie que celle-ci ait connu, et initié les discussions sur le contrat d’auteur. Fleur Pellerin (2014-2016), qui a peiné à se faire reconnaître par le monde culturel, a néanmoins porté avec force au niveau européen plusieurs dossiers clés pour le secteur. La plus transparente, Audrey Azoulay (2016-2017), a laissé en legs à ses successeurs une "Nuit de la lecture" dont la deuxième édition est confirmée pour janvier 2018. Succédant à deux énarques, Françoise Nyssen se veut, elle, avant tout la ministre de l’accessibilité à la culture et à la lecture.

Pour cela, elle a pu conforter son budget d’intervention. Mais qu’il s’agisse de développer le réseau culturel décentralisé, et notamment celui des bibliothèques, ou de favoriser la lecture au sein du système scolaire, la ministre reste en partie tributaire de ses interlocuteurs : collectivités locales et régions d’un côté, ministère de l’Education nationale de l’autre. D’où, depuis six mois, le choix assumé d’un fort investissement sur le terrain à travers des visites et des entretiens tous azimuts, pour s’imprégner des initiatives locales et les encourager, et convaincre ses interlocuteurs. Une stratégie du contact dont ceux qui connaissent Françoise Nyssen savent qu’elle lui sied particulièrement.


17.11 2017

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités