sondage

Qualité des contenus, de la présentation, pertinence des prix… Les libraires jugent l’adéquation de l’offre éditoriale par rapport à la demande, dans notre sondage Livres Hebdo/I+C, réalisé du 8 au 19 avril auprès de 500 points de vente. Deux ans après notre dernière enquête, les libraires sont toujours satisfaits de la production, mais leur enthousiasme fléchit : ils se montrent plus réticents à exprimer une opinion très favorable et se contentent d’une opinion favorable. La littérature générale est toujours perçue comme sérieuse et fiable (86 %), mais 13 % se disent « tout à fait d’accord » avec cette assertion, contre 24 % deux ans plus tôt. Les libraires interrogés estiment qu’elle est toujours moderne (76 %), dynamique (67 %), attentive à l’évolution de la demande (68 %) et à l’actualité (85 %). En revanche, ils sont beaucoup plus sévères quant à la créativité : 66 % pensent que la littérature générale n’est pas innovatrice (57 % il y a deux ans) et 76 % qu’elle n’est pas prête à prendre des risques (72 % en 2011).

Si les libraires estiment que la qualité des contenus des secteurs est en adéquation avec la demande, ils sont cependant plus nombreux à émettre des opinions négatives. La jeunesse et le poche récoltent 93 % et 95 % d’opinions favorables. La littérature conserve 81 % d’opinions favorables (92 % il y a deux ans), mais les opinions médiocres progressent la concernant (17 % contre 6 %). Le contenu des essais et documents est jugé moins satisfaisant : 71 % émettent une opinion positive, mais 26 % les jugent plutôt médiocres (19 % il y a deux ans). En revanche, les opinions très favorables progressent vis-à-vis des beaux livres et des livres de poche.

Les libraires se montrent plus unanimes sur la présentation des livres, qu’ils jugent en réelle adéquation avec la demande. Beaux livres, jeunesse et BD-mangas arrivent en tête avec plus de 90 % d’opinions favorables, suivis par la littérature, le poche et le pratique, et, plus loin, par les essais et documents (78 %). Les libraires jugent que la présentation des beaux livres s’est améliorée, tandis que celle des livres pratiques s’est un peu détériorée.

Enfin, c’est sur la question des prix que les avis sont les plus partagés et les plus sévères. Seuls les livres de poche, la jeunesse et le pratique recueillent plus de deux tiers d’appréciations favorables, les deux dernières catégories améliorent même leur score. Les prix des romans, des essais et documents et des beaux livres sont, eux, toujours jugés majoritairement inadaptés à la demande. Les bandes dessinées et les mangas recueillent autant d’avis positifs que d’avis négatifs. Catherine Andreucci

31.05 2013

Les dernières
actualités