Ligue des auteurs professionnels

Les auteurs veulent être associés à l'année de la bande dessinée

De gauche à droite : Benoît Peeters (secrétaire général de la Ligue des auteurs professionnels), Samantha Bailly (présidente), Denis Bajram (vice-président) et Sophie Dieuaide de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesses. - Photo CÉCILIA LACOUR

Les auteurs veulent être associés à l'année de la bande dessinée

Plusieurs auteurs, réunis lors du premier rendez-vous de la Ligue des auteurs professionnels, ont regretté d'être pour l'heure ignorés du projet "2020, année de la bande dessinée". 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 24.06.2019 à 18h42,
Mis à jour le 24.06.2019 à 19h00

"Les auteurs sont pour le moment oubliés de l’année de la bande dessinée", a regretté Benoît Peeters, secrétaire général de la Ligue des auteurs professionnels, lors du premier rendez-vous de l’association à destination de ses adhérents organisé samedi 22 juin au Labo de l’édition (Paris 5e) pour évoquer le statut des auteurs, la réforme de la retraite ou encore la mission Bruno Racine. 

Lors de cette rencontre, la rémunération des auteurs dans les manifestations littéraires a notamment cristallisé les discussions. En ligne de mire, le projet "2020, année de la bande dessinée", première des recommandations du rapport Lungheretti dévoilé fin janvier. Ce rapport préconise notamment que les aides publiques aux festivals et aux manifestations littéraires soient conditionnées à la "rémunération de la présence d’auteurs" puisque celle-ci "apporte une plus-value tout en étant mobilisatrice en temps". 

Telle qu'elle est pensée aujourd'hui, l'organisation de cette année de célébration du 9e art ne satisfait pas les auteurs. "Encore une fois, il s’agit d’un événement fondamental pour lequel on ne contacte pas les auteurs", affirme Samantha Bailly, présidente de la Ligue des auteurs professionnels. 

De son côté, Denis Bajram, vice-président de la Ligue des auteurs professionnels, estime que "rien n'est prévu pour mettre les auteurs au premier plan alors qu'ils devraient être au centre de la fête" et que cette "année 2020 devrait être un labo expérimental pour la rémunération à la présence". Faute de quoi l’année de la bande dessinée risquerait de devoir se passer de ses auteurs, comme l’ont suggéré plusieurs auteurs présents lors de la réunion. 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités