Les créateurs s’unissent en faveur de la directive sur le droit d’auteur | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 06.09.2018 à 18h24 (mis à jour le 07.09.2018 à 12h33) Droit d’auteur

Les créateurs s’unissent en faveur de la directive sur le droit d’auteur

Photo © LÉOPOLDINE LEBLANC

Une foule d’acteurs culturels s’est réunie, jeudi 6 septembre, dans l’enceinte du Palais Royal, à Paris, pour soutenir la directive européenne qui doit être soumise au vote le 12 septembre.

A l’initiative de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), plusieurs centaines d’artistes et de représentants des sociétés d’auteurs et d’action culturelle (SGDL, Scam, Sofia, Scac, Pen Club français...) ont soutenu le manifeste de l’auteure-compositrice-interprète Emily Loizeau, lu à haute voix dans l’enceinte du Palais Royal, jeudi 6 septembre, qui réclame l’adoption de la directive européenne sur le droit d’auteur.
 
Soumise au vote le 12 septembre, la directive vise à adapter le droit d’auteur aux enjeux liés à l’exploitation et aux usages numériques et instaure, entre autres, la responsabilisation des grandes plateformes Internet dans la diffusion des contenus sous droit, et dans le partage des revenus qu’elles en retirent (article 13).
 
"Les grandes plateformes Internet comme Youtube et Facebook se nourrissent des émotions et des créations que nous leur livrons, Qu’en font-ils ? De la pâte à publicité. […] Nous rémunèrent-ils en tant qu’artisans des émotions humaines ? Une misère. Gagnent-ils de l’argent avec cette nourriture que nous leur donnons quotidiennement et qui fait leur valeur ? Des milliards", proclame Emily Loiseau.
 
Un combat européen
 
Présente lors du rassemblement, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a immédiatement affirmé son soutien à l’initiative rappelant un combat "essentiel" pour la juste rémunération des auteurs. "C’est un combat de tous les ministres de la Culture en Europe et de tous les créateurs", a ajouté Jean-Noël Tronc, directeur général de la Sacem, suivi par l’intervention de Marie Sellier, présidente de la Société des gens de lettres, qui déclare: "Il faut qu’on reste uni, c’est l’essentiel. On n’obtiendra rien si on est divisé."
close

S’abonner à #La Lettre