Les libraires francophones d'Egypte tirent la sonnette d'alarme

Agnès Debiage @ Dion

Les libraires francophones d'Egypte tirent la sonnette d'alarme

La Coface, qui assure les entreprises contre le risque de défaillance financière de leurs clients, supprime à partir du 9 mai ses garanties pour le pays des pharaons.

J’achète l’article 1.50 €

Par Catherine Andreucci,
avec ca,
Créé le 04.04.2012 à 00h00,
Mis à jour le 04.04.2012 à 00h00

Confrontés à la suppression, à partir du 9 mai, des garanties offertes par la Coface, l'organisme qui assure les exportateurs contre le risque de défaillance financière de leurs clients, les libraires francophones d'Egypte demandent dans un courrier à leurs partenaires français de leur apporter «une aide logistique afin de garantir nos commandes, ce qui assurera le suivi de notre activité commerciale et la pérennisation du réseau de libraires francophones».

Zeina Badran (Livres de France), Agnès Debiage (Oum El Dounia), Alain Hourian (Librairie franco-égyptienne), Hanan Mahrous (Librairie francophone), Nadim Marrache (Plaisir de lire), Nourhane Nabil (Librairie Renaissance), André Ragheb (Distri-Books) et Gehane Rizkallah (Les amis du livre) invitent les éditeurs, les distributeurs et les institutions concernées à se «mettre autour d'une table pour aborder ce sujet, le plus vite possible car il y a urgence».

Alors que les librairies francophones d'Egypte sont déjà fragilisées depuis un an par l'instabilité du pays suite à la révolution, la suppression des garanties Coface «a été ressentie [..] comme le couperet d'une guillotine pour les raisons suivantes : elle intervient un mois avant le début des commandes scolaires qui génèrent plus de 60% du chiffre d'affaires des libraires; de ce fait, elle oblige les libraires à payer d'avance sur proforma toute commande (transport inclus) qui sera passée en France après le 9 mai. A l'arrivée, les libraires devront également payer comptant les taxes douanières et les frais de dédouanement. Cela équivaut à une mise à mort du réseau des librairies francophones d'Egypte», écrivent les libraires dans leur lettre.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités