Grand Est

C'est un peu comme si on disait aux jeunes : vous n'avez plus besoin d'aller en librairie », s'insurge Astrid Canada (Le Hall du livre, à Nancy) face au dispositif mis en place par la Région Grand Est pour remplacer progressivement, dans les lycées, les manuels papier par des manuels numériques. Appliquée par 50 établissements scolaires à la rentrée 2017, la mesure s'est étendue cette année à 111 lycées et fait sentir ses effets sur plusieurs librairies. A Neufchâteau, dont le lycée fait partie des pionniers de la mesure, Sylvie Rigoulet (librairie Lambert) parle de « catastrophe. On ne voit plus aucun gamin. Non seulement ils n'achètent plus de livres scolaires, mais ils ne consomment plus d'articles de papeterie. » Résultat, l'an dernier, la librairie a vu son CA scolaire chuter de 54 %, et son CA global de 13 %.

« Une étude a montré que, au-delà de l'impact direct sur le scolaire, la mesure pèse aussi sur le parascolaire, et même sur la littérature et les prescrits », observe Marie-Pierre Reibel (association Les Libraires indépendants de Lorraine). A Colmar, Ruc a vu son CA parascolaire chuter de 40 % en 2017, tandis qu'à Saint-Dié-des-Vosges, Olivier Huguenot (Le Neuf) pointe une baisse de fréquentation. « Le scolaire fait rentrer les jeunes et entraîne d'autres achats : romans, BD... En perdant cette clientèle, c'est tout le magasin qui souffre. » L'impact est d'autant plus notable que le précédent dispositif, appliqué en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne, reposait sur une dotation aux familles favorisant les achats individuels en librairie. Aujourd'hui les achats de manuels numériques sont effectués par les lycées qui ont choisi un seul fournisseur : l'adjudicataire LDE. Les libraires encore présents sur le scolaire s'efforcent de faire évoluer leur activité, à l'instar d'Olivier Huguenot, qui vise « une diversification vers la jeunesse et la littérature en VO mais aussi le développement d'événementiel ». De son côté, la Région, qui a prévu de généraliser la mesure aux 353 lycées du territoire en 2020, a développé une carte Jeun'Est pour les lycéens proposant, entre autres services, un bon d'achat de 10 euros à dépenser dans une librairie indépendante.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités