Les premiers pas des Gens qui doutent | Livres Hebdo

Cyril Malagnat entend inaugurer une librairie-café-lieu d’exposition d’un nouveau genre à Limoges, avec Les Gens qui doutent. - Photo CYRIL MALAGNAT/LES GENS QUI DOUTENT

Cyril Malagnat aura mis plus d’un an et demi pour la mettre sur pied. Le 31 octobre, l’ex-propriétaire de Rev’en pages, à Limoges, lèvera enfin le voile dans la même ville sur sa nouvelle idée : une librairie-café-lieu d’exposition qu’il a voulue "avant-gardiste". Ce lieu "mixte" de 130 m2 fonctionnera par thèmes, "comme une galerie", précise le libraire. Les Gens qui doutent, baptisé en hommage à la chanson d’Anne Sylvestre, mais aussi parce que "le livre permet d’instiller le doute et de secouer les méninges", s’inspire du principe de la sérendipité : faire par hasard une découverte inattendue. Une partie de l’assortiment est donc organisée en fonction de sujets, qui feront également l’objet d’expositions, et qui varieront idéalement chaque mois. Le bonheur et la pluie ouvrent le bal, mariés à un thème amené à devenir un axe fort de la librairie : l’indépendance. Les fautes de frappe et les liens entre rap et littérature devraient leur succéder.

"Si elle demande beaucoup de travail, cette organisation permet d’établir des passerelles infinies entre les livres et d’imaginer beaucoup de partenariats et d’événements", justifie Cyril Malagnat, qui entretiendra à terme un fonds de 5 000 titres. Le concept est en outre servi par une décoration "lumineuse et cocon" qui conjugue les contraires et concourt à faire des Gens qui doutent "un endroit pour les sens ne prétendant pas révolutionner la librairie, mais en faire bouger les lignes", lance le libraire qui espère ainsi attirer "un public plus varié que les grands lecteurs". Proche par sa philosophie et ses ambitions des Rebelles ordinaires, qui a ouvert en juin dernier à La Rochelle (1), la librairie devrait dégager un premier chiffre d’affaires de 200 000 euros, estime Cyril Malagnat, pour un investissement de 185 000 euros financé par un emprunt bancaire. Pour atteindre son objectif, le libraire compte aussi sur son emplacement. Installé juste en face de Page et Plume, la grosse librairie généraliste de Limoges, il voisine également avec son ancienne librairie, Rev’en pages. Reprise depuis août par Maryse Causse-Guimbard, auparavant directrice de la bibliothèque départementale de l’Indre, la librairie spécialisée jeunesse connaît un nouveau départ et espère très vite réintégrer le réseau Sorcières. Cécile Charonnat

(1) Voir LH 1128 du 5.5.2017, p. 33.

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre