N°1000

Les vingt ans qui ont changé l’édition

Au Salon du livre de Paris, 2008. - Photo OLIVIER DION

Les vingt ans qui ont changé l’édition

Lorsque paraissait, en 1992, le premier numéro de l’actuelle série de Livres Hebdo, l’édition française était adossée à un puissant secteur de dictionnaires et d’encyclopédies, et pesait en sciences humaines, sciences, techniques et médecine. Vingt ans après, son centre de gravité s’est déporté vers l’industrie du loisir par le renforcement de la littérature et du poche, l’explosion de la jeunesse, du pratique et de la BD.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
Créé le 30.05.2014 à 00h00,
Mis à jour le 30.05.2014 à 14h43

Si le changement du système de numérotation de Livres Hebdo en 1992 relève d’un simple choix technique (voir Edito p. 3), cette année-là se situe pour l’édition française à une époque charnière. Tandis qu’un mouvement de concentration sans précédent est à l’œuvre depuis le début des années 1980 (1), le monde vient de traverser la guerre du Golfe. Le marché du livre subit encore l’impact de la récession de 1990-1991. La production stagne autour de 24 000 nouveautés et nouvelles éditions (source : Livres Hebdo/Electre). Les ventes de livres, en hausse en francs courants, s’effritent en volume.

Mais le paysage éditorial présente une physionomie qu’il va perdre en vingt ans à la faveur d’un renouvellement complet de l’offre, accentué par une révolution technologique qui bouleversera à jamais les secteurs éditoriaux piliers de la croissance des Trentes Glorieuses. Entre 1992 et 2012, le chiffre d’affaires de l’édition progressera de 16,7 %, mais la production en titres de 175,7 % (voir graphiques page suivante). Au passage, l’édition de loisir (littérature, essais et documents, jeunesse, BD, pratique) verra sa part dans l’activité du secteur bondir de 38,7 % à… 64,5 %, au détriment des produits lourds.

1. Effondrement de l’édition de référence

Fait le plus marquant : l’effondrement de l’édition de référence. En 1992, le premier secteur de l’édition française, qui produit non seulement des dictionnaires, mais surtout de lourdes encyclopédies en plusieurs volumes vendues par courtage (Livre de Paris/Hachette, SGED, Encyclopædia Universalis…), assure 18 % de son chiffre d’affaires. Cette part est marginale vingt ans plus tard, à 3 % (source : SNE, voir graphique ci-dessous). L’édition d’encyclopédies a d’abord subi l’évolution de la consommation, des grandes collections aux fonctions souvent décoratives vers des ouvrages plus légers et plus réactifs. Puis, très vite, l’impact de la première révolution numérique, avec l’essor du CD-Rom dans les années 1990. Et si le segment des dictionnaires a connu un sursaut grâce au millésimage évocateur des éditions publiées en 2000 ou 2001, l’essor spectaculaire d’Internet grand public, des moteurs de recherche et des sites encyclopédiques a achevé le secteur : la mutation de Larousse, depuis dix ans, est symptomatique. La référence a aussi entraîné le livre d’art dans sa chute, même si ce dernier a bénéficié de l’embellie provisoire du beau livre au tournant du siècle, avec le succès de La Terre vue du ciel. Beaux livres et livres d’art ne représentent plus que 3 % de l’activité de l’édition en 2012, contre 6,2 % en 1992.

2. Crise des sciences humaines

Les sciences humaines et sociales, triomphantes dans les années 1970, dans la foulée de Mai 68, traversent pour leur part une interminable crise dans les années 1980 et 1990. Tout en continuant de courir après un "grand public cultivé" de plus en plus virtuel, les éditeurs se recentrent, tel La Découverte, sur leurs collections universitaires. Le poids des SHS dans le chiffre d’affaires de l’édition se replie en vingt ans de 12,4 % à 9,3 %. Le virage numérique accélère le processus. Il marque plus encore le secteur des sciences, techniques et médecine, qui s’exprime toujours plus à travers des ressources numériques gérées par de grands groupes mondiaux, tandis que l’édition française, elle, ne réalise plus en 2012 que 3 % de son chiffre d’affaires avec les STM et la gestion, contre 6,2 % en 1992.

Croissance et dépérissement des secteurs de l’édition 1992-2012 en part du chiffre d’affaires total

Source : Statistiques de l’édition, SNE

La hausse de la production par secteurs 1992-2012

Source : Statistiques de l’édition, SNE

La faible croissance du chiffre d’affaires

Source : Statistiques de l’édition, SNE

La hausse formidable de la production

Source : Livres Hebdo/Electre

Ces recentrages s’accompagnent pourtant de l’autonomisation d’une édition dynamique d’essais et de documents, de "non-fiction" comme disent les Américains. Son poids dans le CA de l’édition se hisse en vingt ans de 2,5 % à 4 %. Après la BD et devant la jeunesse et le pratique, c’est le secteur dont la production en titres s’est le plus accrue en vingt ans (voir graphique ci-contre).

3. La littérature au centre

Tandis que l’édition spécialisée plonge ou se fond dans les services numériques, le loisir, l’"entertainment", apparaît de plus en plus comme le nouveau centre de gravité de l’édition. Toujours importante en France, la fiction consolide ses positions et devient de loin le principal secteur éditorial avec 24,2 % du chiffre d’affaires en 2012 (16,7 % en 1992), loin devant le scolaire, à 14,1 %.

Cette croissance de l’activité est rendue possible par une diversification impressionnante : ouverture massive à la littérature de genre (polar, fantasy, sentimental et érotique) et aux best-sellers américains, émergence d’une nouvelle génération d’écrivains populaires, développement du format poche (de 10,8 % à 13,3 % du CA de l’édition en vingt ans). En 1992, Mary Higgins Clark et Stephen King (deux titres) sont les seuls auteurs américains à se placer parmi les 20 meilleures ventes de romans. En 2012, E. L. James (trois titres) côtoie Dan Brown, Stephen King (deux titres), Douglas Kennedy, Christina Lauren ou Harlan Coben.

4. Explosion du livre illustré

Parallèlement, porté par l’évolution et la démocratisation des nouvelles technologies graphiques, la multiplication des échanges de droits et des coéditions internationales et l’essor de la grande distribution généraliste et spécialisée, le livre illustré explose littéralement. En 2012, jeunesse, pratique et BD pèsent 36,3 % du CA de l’édition, contre 19,5 % vingt ans plus tôt.

Le livre pour la jeunesse, dont la part dans le CA de l’édition double presque en vingt ans, de 7,2 % à 13,4 %, connaît un essor sur tous ses segments : documentaire avec les renouvellements induits par Dorling Kindersley et Gallimard ; fiction avec Harry Potter ; albums et livres d’éveil.

Le pratique est, avec le poche, l’un des secteurs qui bénéficie le plus de l’irruption massive dans l’édition, dans les années 1990, des responsables en marketing, formés dans les écoles de commerce, comme de la démocratisation du voyage et de la gastronomie.

Enfin, la bande dessinée, encore marginale en 1992, où les grandes séries jeunesse étaient en perte de vitesse tandis que la bande dessinée adulte, qui avait connu une impulsion dans l’après-Mai 68, traversait une crise profonde, émerge de manière spectaculaire comme un secteur de l’édition à part entière. Se diversifiant à l’extrême dans ses genres (romans graphiques, reportages et enquêtes, mangas, etc.), ses thématiques et ses formats, la production connaît une hausse record de 1 056 % en vingt ans. La part de la bande dessinée dans le chiffre d’affaires de l’édition a quasi quadruplé pendant la même période, de 2,5 % à 9,3 %.

5. Industrialisation de la branche

Ce basculement éditorial majeur, qui touche l’ensemble des pays développés, va de pair avec une industrialisation de la branche à tous les niveaux. Dans l’édition française, le signal de départ des méga concentrations a été donné dès 1980 par l’absorption d’Hachette par Matra, sous la houlette de Jean-Luc Lagardère. Mais, en 1992, CEP Communication, le groupe qui sera absorbé par Havas et transformé en Vivendi Universal Publishing, puis Editis après prélèvement par Hachette de Larousse, Dunod et Armand Colin, est toujours en pleine offensive. Après avoir rassemblé les Presses de la Cité, Nathan, Larousse ou encore Dalloz, il vient de reprendre Laffont et acquerra encore de multiples maisons dont le groupe Masson-Belfond et Hemma. De son côté, Média-Participations émergera comme l’un des pôles éditoriaux majeurs qu’il est aujourd’hui, se dotant d’un outil de distribution efficace. La Martinière reprendra le Seuil (2004), et Gallimard Flammarion (2012), pour ne parler que des opérations les plus importantes. Toutes ces concentrations s’accompagnent d’opérations de modernisation des processus, de rationalisation des outils informatiques et logistiques, accélérées par la pénétration croissante de l’informatique et du numérique dans les groupes d’édition.

L’évolution de l’offre éditoriale et la réorganisation de la production tiennent cependant aussi à la complète recomposition des réseaux de vente à partir de la fin des années 1980. Les chaînes d’hypermarchés se sont emparées du livre. Surtout, s’engouffrant dans la voie défrichée par la Fnac, Virgin, Cultura ou encore les Espace culturel E. Leclerc ont élargi le champ des grandes surfaces culturelles. Ces réseaux de vente, comme celui des Relay, ont puissamment contribué à porter l’édition au contact du grand public, en dopant les secteurs du pratique, du livre pour la jeunesse, de la bande dessinée et la littérature populaire et de genre… Avant que l’émergence de la vente en ligne et d’Amazon ne vienne rebattre les cartes en ouvrant de nouveaux espaces tout en fragilisant le commerce traditionnel. <

(1) Voir "De la rationalisation à l’hyperconcentration", in L’édition française depuis 1945, sous la direction de Pascal Fouché, éditions du Cercle de la librairie, 1998, p. 628-639.

"La disparition de l’édition familiale"

Pour Alain Gründ, qui a présidé le SNE, l’UIE et le Bief, l’internationalisation et les concentrations dans la distribution ont contribué à bouleverser l’édition.

Alain Gründ chez lui. - Photo OLIVIER DION

Ancien président du Syndicat national de l’édition (1985-1991), de la Fédération des éditeurs européens (1990-1992), de l’Union internationale des éditeurs (1996-2000) et du Bureau international de l’édition française (2003-2013), Alain Gründ est un témoin privilégié des mutations de l’édition dans les dernières décennies. Il a assaini et modernisé les éditions Gründ, fondées en 1880 par son grand-père, avant de les céder en 2007 à Editis. Pour lui, "cette période a d’abord vu la disparition de l’édition familiale". "Ce n’est pas un hasard si, dans les années 1960, avant d’être rebaptisé Syndicat national de l’édition, le SNE s’appelait Syndicat national des éditeurs, pointe-t-il. Lorsque j’en étais président, son bureau était surtout composé de patrons propriétaires. Les grands patrons d’aujourd’hui ne sont plus propriétaires de leur entreprise."

Les spécialistes

L’internationalisation croissante, "venue des Etats-Unis et du Royaume-Uni", a accéléré les concentrations. "Le système américain et britannique du copyright a fondé les relations éditeurs-auteurs sur l’achat et la vente de droits, alors que nous avons des rapports très différents avec les auteurs dans le cadre du droit d’auteur en France ou en Allemagne", estime Alain Gründ. Les patrons qui se retrouvaient "en famille" à la Foire de Francfort y sont peu à peu moins venus. "La relève a été prise par des spécialistes. Ce secteur des cessions de droits est celui où il y a eu le plus d’embauches et de professionnalisation", observe l’ancien président du Bief, qui note que "les cessions de droits des éditeurs français ont progressé de 70 % ces dix dernières années".

Le livre trop peu cher

La "concentration de la distribution" est, selon Alain Gründ, "l’autre facteur de la concentration éditoriale". "Si on peut reprocher une chose aux éditeurs, c’est de l’avoir négligée, dit-il. J’ai vendu à Editis parce que notre chiffre d’affaires stagnait depuis cinq ans du fait de la disparition régulière des bonnes petites librairies de province. Aujourd’hui, la librairie va mal et nous, éditeurs, où allons-nous aller ? Chez Amazon ?" demande-t-il. "En 1981, nous faisions valoir que le prix unique permettait de maîtriser le prix du livre, observe par ailleurs l’éditeur. Je me demande maintenant si le livre n’est pas trop peu cher. Les marges sont trop faibles. Certes, la vente à très bon marché m’a réussi : Gründ a élargi sa clientèle. Mais aujourd’hui, alors que le livre est en perte de vitesse, j’ai l’impression que nous sommes dans un mouvement inverse. Les lecteurs peuvent payer un ou deux euros de plus."

"Si je refaisais une maison d’édition, je ferais plutôt dans l’élitisme, le contraire de Gründ, assure Alain Gründ. En 1936, mon grand-père avait introduit le livre dans les Prisunic et Monoprix avec sa "Bibliothèque précieuse" à 1 franc ; le patron de Larousse lui reprochait dans un courrier de vendre des livres avec les salades. Aujourd’hui, lentement mais sûrement, le livre redevient un produit de luxe."


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités