Lincoln, le retour

Lincoln, le retour

Daniel Day-Lewis est Abraham Lincoln

Lincoln, le retour

Adapté de la biographie de Doris Kearns Goodwin, Abraham Lincoln : l'homme qui rêva l'Amérique, le film de Steven Spielberg sort en salles le 30 janvier.

Par Marie-Christine Imbault,
avec mci Créé le 15.04.2015 à 22h43

Grand favori des Oscars 2013 avec 12 nominations, Lincoln, de Steven Spielberg sort mercredi sur les écrans français.

Pour son projet, Steven Spielberg avait décidé d'emblée de ne pas se lancer dans une biographie embrassant toute la vie de l'homme d'Etat républicain. «Nous aurions été des dilettantes, autant le réalisateur que les acteurs», expliquait le cinéaste lors d'une conférence de presse.

Il s'est concentré sur les quatre dernièrs mois du 16e président des Etats-Unis et ses efforts et tactiques pour faire voter l'abolition de l'esclavage, alors que la guerre civile faisait encore rage dans le pays. Pour cela il s'est appuyé, avec la complicité du scénariste et dramaturge Tony Kushner, sur la biographie de Doris Kearns Goodwin, Abraham Lincoln: l'homme qui rêva l'Amérique, traduite chez Michel Lafon, avec l'affiche du film en couverture.

Selon un article du New York Times, Daniel Day Lewis, qui lui prête ses traits après de multiples autres interprètes, confessait s'être aussi inspiré, pour s'emparer du personnage, de la biographie de Carl Sandburg, Abraham Lincoln: the war years, prix Pulitzer en 1940 mais inédite en France, ainsi que sur des écrits de Lincoln lui-même.

Ces derniers ont été traduits en 2009 (Le pouvoir des mots: lettres et discours) à L'Archipel, qui publiait le 23 janvier Abraham Lincoln: l'étonnant destin de l'homme qui sauva les Etats-Unis: biographie, par Bernard Vincent.

Abraham Lincoln fait également l'objet d'une biographie de Thomas Keneally - l'auteur de La liste de Schindler que Steven Spielberg a également adaptée - traduite le 26 février chez Belin.

Si Lincoln a souvent été un sujet périphérique pour le 7e art, le cinéma ne s'était pas intéressé au 16e président des Etats-Unis depuis 1939 et le film Vers sa destinée (Young Mr. Lincoln), de John Ford, dans lequel Henry Fonda incarnait celui qui devint un mythe américain.

Les dernières
actualités