Enquête

L’offre numérique des bibliothèques progresse

Médiathèque Antoine-Chanut à Creil. - Photo OLIVIER DION

L’offre numérique des bibliothèques progresse

Une enquête du ministère de la Culture, qui sera présentée au Salon du livre de Paris, fournit pour la première fois un panorama global des ressources disponibles dans les villes de plus de 10 000 habitants.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 14.03.2014 à 00h00,
Mis à jour le 14.03.2014 à 00h00

En France, 23 % des bibliothèques publiques des villes de plus de 10 000 habitants et 54 % des bibliothèques départementales de prêt (BDP) proposent des ressources numériques à leurs usagers. Pour la première fois, une enquête, menée par la société TMO Régions pour le Service du livre et de la lecture (SLL) du ministère de la Culture, dresse un tableau global de l’offre numérique dans les établissements de lecture publique. On ne disposait jusqu’à présent que de données partielles, essentiellement celles provenant du réseau Carel, chargé de négocier des ressources numériques pour ses adhérents, et celles contenues dans le rapport annuel du SLL sur les bibliothèques territoriales. Il ne s’agit pas encore de l’état des lieux complet que l’on pourrait souhaiter (565 bibliothèques municipales et 69 bibliothèques départementales ont répondu à l’enquête), mais les informations récoltées sont précieuses : les bibliothèques françaises sont en net progrès (en 2011, seules 13 % des bibliothèques municipales disposaient de ressources numériques, et 43 % des BDP), même si elles sont loin du taux d’équipement des bibliothèques publiques américaines, dont 89 % proposent des ebooks (1). En France, seuls les établissements des agglomérations de 70 000 habitants et plus rivalisent avec ces scores, puisqu’ils sont 82 % à avoir une offre numérique.

Des budgets en augmentation

Les budgets consacrés à ces nouvelles ressources sont eux aussi en nette augmentation : 13 000 euros en moyenne en bibliothèque municipale, contre 11 000 euros en 2011, et 24 000 euros pour les BDP, contre 17 000 en 2011. Là encore, assez logiquement, les établissements des grandes villes investissent plus : la moitié d’entre eux dépensent plus de 30 000 euros par an pour les ressources numériques. Parmi celles-ci arrivent en tête les outils d’autoformation, puis la presse en ligne, les livres numériques et enfin les documents audiovisuels. Les BDP, en revanche, proposent surtout des livres numériques. Les outils de lecture ont également fait une percée significative : 20 % des bibliothèques publiques et 51 % des BDP de l’échantillon en proposent. Des statistiques instructives à l’heure où la question du prêt numérique en bibliothèque occupe l’actualité au niveau national et au niveau européen, comme en témoignent les nombreuses interventions prévues sur le sujet lors du Salon du livre de Paris. Véronique Heurtematte

(1) Voir LH 988, du 7.3.2014, p. 59.

14.03 2014

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités