Littérature classique

Louise Labé, « Œuvres complètes » (Gallimard-La Pléiade) : Labé ne fait pas le moine

Portrait
de Louise Labé,
par Pierre
Woeiriot, 1555. - Photo © PIERRE WOEIRIOT

Louise Labé, « Œuvres complètes » (Gallimard-La Pléiade) : Labé ne fait pas le moine

« La Pléiade » accueille Louise Labé, une auteure dont on n'est pourtant pas sûr qu'elle ait réellement existé. Tirage à 12000 exemplaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par Jean-Claude Perrier,
Créé le 18.10.2021 à 12h00,
Mis à jour le 21.10.2021 à 08h30

On peut dire que ce 661e titre de la très chic « Bibliothèque de la Pléiade » est un OLNI (objet littéraire non identifié). Il accueille une auteure, Louise Labé, à la fois illustre, et dont on n'est pas sûr, si l'on en croit Mireille Huchon, la maîtresse d'ouvrage, qu'elle ait réellement existé. C'est un peu comme Homère, le légendaire barde aveugle à propos de qui les spécialistes s'étripent depuis des siècles : et si Homère, dont on ne sait absolument rien, était un collectif, et si l'Iliade et l'Odyssée n'étaient pas de la même main ? Etc. L'énigme concernant celle que nous appelons Louise Labé est à peu près du même ordre, puisqu'on ignore presque tout d'elle. Elle serait née à Lyon, entre 1512 et 1523, fille d'un cordier illettré, puis mariée à un autre cordier analphabète, entre 1542 et 1545, et serait morte avant 1566 dans les Dombes.

Ce qui est certain, en revanche, c'est que l'éditeur Jean de Tournes a publié, en 1555, la première édition des Euvres de Louïze Labé Lionnoize, suivie, en 1556, d'une seconde édition de ces Euvres, « revues et corrigées par ladite dame ». Cette Louïze Labé poétesse ne serait peut-être pas la Loyse Labbé dite « la belle cordière », une courtisane à la vie dissolue, mieux connue à l'époque - ce qui a contribué à forger une légende qui amalgame les deux femmes. C'est en tout cas la thèse avancée ici.

Désir et chagrins

Quant à l'œuvre, elle pourrait être une sorte de collage, de puzzle de poèmes rédigés par différents poètes, des hommes se faisant passer pour une femme. Cela se pratiquait couramment à la Renaissance. Hypothèse accréditée par le fait que l'éditeur lyonnais avait adjoint aux poèmes de Louïze Labé elle-même (trois élégies et vingt-quatre sonnets, soit en tout 662 vers) vingt-quatre autres textes, signés de poètes connus (Scève, Baïf, Magny - qui aurait eu une liaison avec la poétesse - et d'autres...), célébrant leur consœur. Histoire, peut-être aussi, de gonfler un volume fort mince. « La Pléiade » fait de même, reprenant l'édition de 1556 en lui adjoignant une section de sources (depuis Sappho), et tous les documents connus. On arrive ainsi à un volume autonome de 700 pages environ, alors que jusqu'ici Louise Labé figurait surtout dans des anthologies.

Peu importe, après tout. Ce qui compte, c'est cette poésie élégiaque, qui traite du désir amoureux et des chagrins qu'il occasionne, de manière originale, libre, et féminine - voire féministe. Louïze Labé avait placé en tête de son volume une préface dédiée à une sienne amie, qui revendique, pour les femmes, la liberté de se cultiver, de penser, de créer, d'écrire, malgré qu'en aient les hommes : « Étant le temps venu, Madamoiselle, que les sévères lois des hommes n'empêchent plus les femmes de s'appliquer aux sciences et disciplines », écrit-elle en incipit. Une modernité qui nous parle et prend aujourd'hui, en pleine vague féministe mondiale, un relief certain. Pionnière, Louise attaque.

Quant à sa poésie, en voici un exemple, qui donne le ton général : « Baise m'encor, rebaise-moi et baise ; / Donne-m'en un de tes plus savoureux, / Donne-m'en un de tes plus amoureux / Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise ». Même si « baiser » signifie « embrasser », c'était chaud, et inédit sous la plume d'une femme. Même si elle n'a pas existé.

Louise Labé
Œuvres complètes
Gallimard-La Pléiade
Tirage: 12 000 ex.
Prix: 49 € PUIS 55 € (04/2022)
ISBN: 9782072792670

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités