Lumière sur les auteurs indépendants | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, le 17.12.2015 à 16h10 (mis à jour le 17.12.2015 à 17h00) - 1 commentaire Prix littéraire

Lumière sur les auteurs indépendants

Pour la deuxième édition du prix Concours qui consacre un auteur indépendant en lui offrant une publication chez un éditeur, le jury a élu l’ouvrage de Mel Pilguric, Double voie.

Le jury du prix Concours, composé de Marie Leroy, directrice des éditions de La Martinière littérature, et de Florian Lafani, éditeur chez Michel Lafon, a choisi de récompenser Mel Pilguric pour son roman Double voie, lors de la remise de la 2e édition du prix Concours qui consacre un auteur indépendant, samedi 12 décembre.
 
À la clé, une promesse d’édition du livre récompensé aux éditions de La Martinière. A l’intention de la lauréate, Marie Leroy a affirmé que "la relation entre un éditeur et un auteur, c’est aussi un travail, donc tout n’est pas fait une fois que vous avez écrit le livre", en assurant qu’elle serait "vraiment ravie" d’éditer Mel Pilguric aux éditions La Martinière, après avoir suggéré quelques "conseils sur tel personnage, tel moment ou tel passage" du roman.
 
Ce prix littéraire est organisé par le site internet monbestseller.com, qui accueille tous les auteurs indépendants et les confronte à leurs lecteurs. Le prix Concours de l’auteur indépendant se caractérise ainsi par une double sélection : les 10 nominés sont choisis par les lecteurs du site, et le lauréat final par un jury de professionnels de la littérature.

1 commentaire déjà posté

BOSSY - il y a 3 ans à 22 h 52

Le travail commence pour que le manuscrit se transforme en livre "Lamartinière". Finalement, vous risquez de ne pas retrouver votre âme, parce que tous les auteurs rêvent de gloire, si ce n'est de finances. Et acceptent. Non que je mette en doute la bonne volonté de la maison d'Edition. Mais il faut vendre. V'âme refllétée par le livre devient un produit dont il faut assurer la publicité sous toutes ses formes. Et les auteurs vendent leur âme au diable écrit, télévisé parce qu'ils sont publiés. Il faut plaire pour vendre. Il faut dire ce qui plaît, non aux lecteurs, car vous le savez déjà, mais à l'organisation qui s'occupe de la distribution. Vous allez changer uun passage qui ne plaît pas aux uns, vous allez rajouter un paragraphe pour être en conformiter avec une opinion dominante. On comptera le nombre d'exemplaires vendus pour s'assurer que le livre est bon. Le danger, c'est pour le segond livre que va prévoir le contrat: vous saurez d'avance ce qu'il faut écrire pour monter en gloire, et vous vous formaterez selon les exigences. Avec les moyens modernes, l'avenir appartient à la relation directe entre auteur et lecteurs, à condition, bien sû, de respecter les règles communes à toutes les oeuvres de l'esprit, de respecter l'intimité de cet acte solitaire et unique qui est d'écrire.

close

S’abonner à #La Lettre