Madame Figaro élit une gymnaste, une anarchiste et une junkie | Livres Hebdo

Par Marie-Christine Imbault, le 18.06.2014 à 20h30 (mis à jour le 18.06.2014 à 22h49) Proclamation

Madame Figaro élit une gymnaste, une anarchiste et une junkie

Lola Lafon, Henri Gougaud et Marjorie Celona. - Photo LYNN SK/VALERIE MENARD/SHERRI BARBER

Le Grand prix de l’héroïne Madame Figaro, attribué mercredi 18 juin au soir au Raphael, couronne trois destins que tout sépare retracés par Lola Lafon, Henri Gougaud et la canadienne Marjorie Celona.

Comme chaque année depuis 2006, le Grand Prix de l’Héroïne Madame Figaro récompense le meilleur de la littérature française et étrangère parmi une sélection de 24 titres établie par la rédaction de Madame Figaro.

La remise des prix a eu lieu mercredi 18 juin à l’Hôtel Raphael, à Paris, en présence du jury composé de Patrick Poivre d’Arvor, Pierre Lescure, les comédiennes Rachida Brakni et Virginie Ledoyen, Nathalie Rykiel, Sarah Lavoine, Alex Lentz ainsi que de Bernard Babkine, qui dirige les pages livres de Madame Figaro et de cinq lectrices de l’hebdomadaire.

Trois prix ont été décernés dans les catégories roman français, biographie et roman étranger.

Les jurés ont distingué Lola Lafon, une des favorites de l’année, pour son roman très remarqué sur Nadia Comaneci, La petite communiste qui ne souriait jamais (Actes Sud), lauréate du prix de la Closerie des Lilas et du prix Ouest-France Etonnants voyageurs, La plage aux écrivains à Arcachon, le prix du salon du livre historique à Levallois Perret…

Le portrait de l’institutrice et activiste anarchiste Louise Michel (1830-1905) campé par Henri Gougaud en avril dernier chez Albin Michel sous le titre Le roman de Louise a quant à lui reçu le prix de la biographie.

Le prix du roman étranger a été décerné à Y, premier roman de la Canadienne Marjorie Celona paru en janvier chez Gallimard, l’histoire de Shannon, abandonnée dès son plus jeune âge, et celle de sa mère, Jo, une jeune marginale qui s’abîme dans la drogue et l’alcool.
close

S’abonner à #La Lettre