Max Milo souffle | Livres Hebdo

Par Manon Quinti, le 21.02.2014 (mis à jour le 21.02.2014 à 11h37) Redressement

Max Milo souffle

Un an après leur placement en redressement judiciaire, en janvier 2013, les éditions Max Milo ne sont plus en redressement judiciaire depuis leur audience au tribunal, le 29 janvier. L’éditeur a gagné le pari fait il y a un an : le livre de Céline Raphaël, La démesure : soumise à la violence d’un père, publié en janvier 2013, s’est vendu à 60 000 exemplaires. Les coûts de fonctionnement ont été abaissés : l’éditeur loue un local au loyer moins onéreux et l’équipe est passée de sept à cinq salariés. Une augmentation de capital a aussi été effectuée. Jean-Charles Gérard, directeur général, a remis des fonds propres. Dix auteurs ont investi à leur tour dans la maison d’édition, parmi lesquels Jean-Baptiste Destremau, Daniel Rousseau et Thierry Ottaviani. "Quatorze ans après la création de Max Milo, j’ai souhaité associer les auteurs les plus historiques et ceux qui sont le plus en adéquation avec la ligne éditoriale", explique Jean-Charles Gérard, qui reste actionnaire principal. Les éditions, toujours distribuées par InterForum, continueront de publier de 20 à 30 livres par an. Manon Quinti

close

S’abonner à #La Lettre