Millepages investit sur ses points forts | Livres Hebdo

Par Clarisse Normand, le 08.09.2017 Vincennes

Millepages investit sur ses points forts

La librairie Millepages, à Vincennes. - Photo OLIVIER DION

Huit ans après son emménagement sur 300 m2, au 91, rue de Fontenay, à Vincennes (Val-de-Marne), la librairie généraliste Millepages finalise une "ultime phase de travaux et ajoute les derniers mètres carrés utiles à son assise future", explique son directeur, Pascal Thuot. Profitant de l’extension programmée du parc immobilier où elle est installée, la librairie s’est dotée, depuis le 1er septembre, de 150 m2 supplémentaires répartis sur deux niveaux. Offrant au magasin une seconde entrée située sur une cour à la sortie d’un parking souterrain de 250 places, cette nouvelle surface largement vitrée a été mise à profit pour étendre les rayons amiraux de Millepages, à savoir la littérature au rez-de-chaussée et les sciences humaines au premier étage. "L’offre est une des clés pour l’avenir des librairies, assure Pascal Thuot. Il ne s’agit pas de l’augmenter tous azimuts mais de construire un assortiment cohérent et profond qui fasse sens et permette aux libraires de faire vivre le fonds… et de se faire plaisir." Cinq mille références ont ainsi été ajoutées, dont des grands formats issus des fonds des éditeurs. Dans la foulée, le magasin s’est doté d’un nouveau mobilier : tables, modules d’exposition à double face devant les vitrines et étagères intégrant des niches permettant "d’animer les rayonnages", indique Pascal Thuot, qui pointe également la création de nouveaux postes de travail. L’espace, qui accueille un nouvel escalier menant aux sciences humaines, vise aussi à améliorer la circulation des clients. "Nous voulons proposer un lieu confortable et calme", souligne Pascal Thuot, qui annonce l’installation prochaine de canapés au rez-de-chaussée et l’agrandissement de l’espace caisse avec un troisième poste. A l’étage, beaux-arts, pratique et parascolaire ont aussi fait l’objet de réaménagements. Au total, près de 190 000 euros HT ont été investis, financé sur fonds propres avec l’aide du CNL, de l’Adelc et de l’Ile-de-France. Les premières réactions des clients sont enthousiastes. Pascal Thuot espère voir le CA passer de 4,3 millions d’euros en 2016 à 5 M d’ici à trois ans, dont 2 M réalisés par le magasin annexe dédié à la BD et à la jeunesse, situé au 174, rue de Fontenay. Clarisse Normand

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre