Egypte

Nawal El Saadawi, « Ferdaous, une voix en enfer » (Des Femmes-Antoinette Fouque) : Fière prisonnière

Nawal El Saadawi - Photo © Des femmes-Antoinette Fouque

Nawal El Saadawi, « Ferdaous, une voix en enfer » (Des Femmes-Antoinette Fouque) : Fière prisonnière

Dans ce roman inspiré de faits réels, Nawal El Saadawi dénonce les inégalités de la société égyptienne à travers le destin d'une femme déchue. Tirage à 3000 exemplaires.

J’achète l’article 1.5 €

Par Kerenn Elkaim ,
Créé le 04.02.2022 à 19h40 ,
Mis à jour le 09.02.2022 à 18h54

« La vie et la vipère se ressemblent. » Parfois, elles nous font des coups bas. C'est ce qui est arrivé à Ferdaous. Son prénom signifie « Paradis » et pourtant, elle gît en enfer. À savoir dans une prison, avant son exécution. « Demain matin, je ne serai plus là », constate-t-elle froidement. Elle accepte de recevoir une psychiatre pour se livrer à l'ultime confession. Un huis clos théâtral, dans lequel ce duo essaie de saisir ce qui les oppose et ce qui les unit. « L'être humain peut-il connaître une seconde naissance », se demande la psy en écoutant ce récit, basé sur des faits réels. Tout dépend de sa chance... Issue d'une famille de paysans, violents et analphabètes, Ferdaous se heurte à la famine, aux inégalités et à la mort. Un oncle, avec lequel elle entretient une relation ambiguë, l'amène finalement au Caire. Rêvant à une nouvelle vie, la jeune fille espère devenir médecin ou juge. Le sort en décide autrement, certains chemins semblant déterminés d'avance. Ferdaous se délecte de la découverte de la lecture ou de son corps, mais en Égypte, une femme doit se ranger. L'héroïne insoumise a 19 ans quand elle est mariée de force à un homme de 60. Impossible d'enfermer un oiseau en cage trop longtemps... Dotée d'un incroyable instinct de survie, elle fuit. « Combien d'années de ma vie se sont écoulées avant que je ne dispose de moi-même et de mon corps ? » Peu importe que la petite fille excisée se transforme en prostituée, elle reste en quête de liberté. « Je devins une autre femme. Mon passé bascula derrière moi. Enfin, j'ai compris que je n'étais pas respectée. » Précisément ce qu'a toujours combattu Nawal El Saadawi. Née en 1931, elle a exercé plusieurs métiers, dont ceux de sage-femme et de psychiatre. Aussi semble-t-elle accoucher de personnages nous offrant une parole sans fard. « Qu'est-ce qu'un roman féministe en langue arabe ? Une voix d'abord... » souligne l'académicienne Assia Djebar dans la préface de ce livre, qu'elle a traduit. À ses yeux, la vaillante héroïne « est devenue la femme de la vérité dangereuse et sauvage », donc une femme menaçante qu'on doit étouffer. Les livres de Nawal El Saadawi, disparue en mars dernier, ont d'ailleurs été interdits dans son pays, tant ils dénoncent l'éprouvante condition féminine.

Nawal El Saadawi
Ferdaous, une voix en enfer Traduit de l’arabe par Assia Djebar et Essia Trabelsi 
Des femmes-Antoinette Fouque
Tirage: 3 000 ex.
Prix: 6,50 € ; 176 p.
ISBN: 9782721009425

Les dernières
actualités