Justice

Nouveau Monde dénonce « l’intimidation politique » à l’encontre de son auteur Alex Jordanov

Alex Jordanov - Photo Nouveau Monde

Nouveau Monde dénonce « l’intimidation politique » à l’encontre de son auteur Alex Jordanov

Auteur en 2019 du livre d’enquête Les guerres de l’ombre de la DGSI : plongée au cœur des services secrets français, le journaliste Alex Jordanov a été mis en examen pour « divulgation de secret-défense ». Son éditeur Nouveau Monde le défend dans une lettre ouverte adressée aux libraires.

J’achète l’article 1.5 €

Par Charles Knappek ,
Créé le 28.06.2022 à 12h57 ,
Mis à jour le 28.06.2022 à 17h08

Alex Jordanov a-t-il eu accès à des documents classés secret-défense ? Les soupçons qui pèsent sur le journaliste-écrivain, auteur du livre d’enquête Les guerres de l’ombre de la DGSI : plongée au cœur des services secrets français, sont lourds. Placé en garde à vue du 22 au 24 juin derniers, comme l’a révélé le magazine Le Point, et finalement mis en examen, Alex Jordanov est suspecté d’avoir obtenu auprès de plusieurs policiers et anciens policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) des informations pouvant entraîner la « compromission du secret de la défense nationale ». Ces mesures interviennent plus de deux ans après une plainte déposée par la DGSI : fin février 2020, la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA) avait dans un premier temps convoqué l'auteur dans le cadre d’une enquête préliminaire.

Dans son livre, paru en 2019 et qui lui vaut aujourd’hui ses déboires judiciaires, Alex Jordanov revenait sur les succès et les ratages de la DGSI dans le cadre de la lutte antiterroriste. Des officiers des services de renseignements y racontent leur expérience de l’intérieur. Soupçonnés d’avoir parlé à Alex Jordanov, plusieurs policiers sont également poursuivis et deux d’entre eux ont été placés en détention provisoire.

Une lettre aux libraires 

Pour son éditeur Nouveau Monde, la mise en examen d’Alex Jordanov est incompréhensible. Dans une lettre ouverte adressée aux libraires, le P-DG de Nouveau Monde Yannick Dehée s’étonne notamment du temps mis par les autorités avant de déclencher les poursuites : « Trois ans après la parution du livre, Nouveau Monde n’a reçu aucun référé, aucune réclamation concernant ce livre dont on prétend sans apporter de précision qu’il porterait gravement atteinte au secret-défense (…). Si on nous avait signalé des passages problématiques, nous l’aurions retiré de nous-mêmes. »

lettre ouverte Nouveau Monde Alex Jordanov

Intimidation politique 

Dès lors, l’éditeur interprète la mise en examen d’Alex Jordanov et de ses sources comme « une double intimidation politique à l’égard des journalistes et des policiers pour les dissuader d’être curieux ou bavards ». Déjà en 2020, le domicile de l’auteur avait été visité et placé sous surveillance, une caméra miniature ayant été retrouvée dans le couloir menant à son appartement. Nouveau Monde s’était à l’époque ému dans un communiqué de ce qu’on « use à l’égard des journalistes enquêtant sur les éventuels dysfonctionnements de l’Etat, de moyens d’action qui semblaient jusqu’ici réservés aux terroristes. »

Vendu à 20 000 exemplaires (10 000 en grand format et 10 000 en poche) depuis sa sortie, Les guerres de l’ombre de la DGSI figure déjà parmi les plus grands succès de Nouveau Monde et continue de « bien sortir », selon l’éditeur. « Nous tournons à 200 ou 300 exemplaires de réassort tous les mois, le livre d’Alex Jordanov s’est installé comme un titre de fonds », détaille auprès de Livres Hebdo Yannick Dehée, qui dispose encore d’un peu de stock avant de lancer une éventuelle réimpression. Il en appelle aux libraires : « Puisque ce livre n’est pas interdit ni même contesté sur des points précis, il doit être diffusé le plus largement possible ! ». 

Alex Jordanov
Photo NOUVEAU MONDE

Les dernières
actualités