Olivier Henrard devrait s'occuper des affaires culturelles à l'Élysée

Olivier Henrard devrait s'occuper des affaires culturelles à l'Élysée

L'ancien directeur adjoint du cabinet du Ministère de la culture et de la communication est un spécialiste des droits numériques et de la propriété littéraire et artistique.

Par Vincy Thomas ,
avec vt, avec afp Créé le 01.12.2021 à 17h02

Olivier Henrard, architecte de la loi Hadopi, et Camille Pascal, ex-secrétaire général de France Télévisions, s'apprêtent à rejoindre l'Elysée comme conseillers du président Nicolas Sarkozy, selon les informations parues ce dimanche 2 janvier sur les sites internet du Journal du Dimanche et du Point. Interrogé par l'AFP, l'Elysée s'est refusé à tout commentaire sur ces informations.

M. Henrard, 44 ans, ancien conseiller juridique, chargé des industries culturelles, de la propriété intellectuelle, du marché de l'art, du mécénat et des études au cabinet de Christine Albanel avant de devenir directeur de cabinet adjoint de Frédéric Mitterrand, s'occupera des affaires culturelles tandis que Camille Pascal, 44 ans et proche de l'ancien P-DG de France Télévisions, Patrick de Carolis, sera en charge de l'audiovisuel et des médias.

Les deux hommes remplacent Eric Garandeau, qui prend la succession de Véronique Cayla à la tête du Centre national de la cinématographie et de l'image animée (voir actualité du 15 décembre 2010).

Olivier Henrard revient en politique après un intermède d'un an au Conseil d'Etat. Il avait démissionné du Ministère de la culture et de la communication après de nombreuses déconvenues, lâchant le projet de la Loi Hadopi, en pleine écriture des décrets. Les désaccords étaient publics avec l'autre directeur adjoint de cabinet, Mathieu Gallet (entre temps nommé à la présidence de l'INA). Par la suite, Henrard espérait obtenir la très convoitée Direction générale de la création artistique au sein du ministère qu'on lui avait promise.

Depuis l'arrivée de Frédéric Mitterrand au Ministère de la culture et de la communication, la moitié de ses vingt conseillers a quitté la rue de Valois.

Les dernières
actualités