Olivier Norek remporte le prix du polar européen 2016 du "Point" | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 31.03.2016 à 16h05 (mis à jour le 01.04.2016 à 17h15) - 1 commentaire QUAIS DU POLAR

Olivier Norek remporte le prix du polar européen 2016 du "Point"

Olivier Norek - Photo © MICHEL LAFON

Le prix sera remis à Lyon le 1er avril, en ouverture du Festival Quais du polar, à Surtensions, un thriller écrit par un lieutenant de police en disponibilité.
 

Surtensions, d’Olivier Norek, publié le 12 mars par Michel Lafon, remporte le prix Le Point du Polar européen 2016. Il lui sera remis par le président du jury Jean-Louis Debré lors de l’inauguration du Festival Quais du polar, qui se déroule du 1er au 3 avril à Lyon.

Surtensions est la troisième aventure du capitaine de police Victor Coste, à la tête d'une brigade du 9-3, après Code 93 (Michel Lafon, 2013 et Pocket, 2014) et Territoires (Michel Lafon, 2014, et Pocket, 2015). Il se déroule dans le milieu carcéral et raconte l’enfer du jeune Nano, petite frappe corse devenu le souffre-douleur de ses codétenus de la prison de Marveil.

Aujourd’hui en disponibilité pour écrire, Olivier Norek, 40 ans, est lieutenant de police à la section enquêtes et recherches du SDPJ 93 et travaille dans la police depuis 17 ans.

Surtensions est arrivé devant Condor, de Caryl Ferey (Gallimard, « Série noire »), Deux, de Penny Hancock, traduit de l’anglais par Marianne Thirioux-Roumy (Sonatine), Evangile pour un gueux, d’Alexis Ragougneau (Viviane Hamy), Hiver rouge, de Dan Smith, traduit de l’anglais par Caroline Nicolas (Cherche-Midi), Ils savent tout de vous, de Ian Levison, traduit de l’américain par Franchita Gonzalez Battle (Liana Levi), La nuit derrière moi, de Giampaolo Simi, traduit de l’italien par Sophie Royère (Sonatine), Le sang de nos veines, de Miquel Bulnes, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin (Actes Sud), Tu tueras le père, de Sandrone Dazieri, traduit de l’italien par Delphine Gachet (Laffont, « La Bête noire »), et Un papillon dans la tempête, de Walter Lucius, traduit du néerlandais par Yvonne Pétrequin et Brigitte Zwerver-Berret (Le Masque).

Cinquième lauréat du prix, Olivier Norek succède à l’Allemand Sascha Arango, lauréat 2015 avec La vérité et autres mensonges (Albin Michel), au Français Hervé Le Corre, gagnant 2014 avec Après la guerre (Rivages), et au Grec Petros Markaris, vainqueur en 2013 avec Liquidations à la grecque (Seuil).

1 commentaire déjà posté

Fréjaville Arielle - il y a 2 ans à 11 h 35

Bravo Olivier ! Bien mérité!

close

S’abonner à #La Lettre