Ondjaki, « GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique » (Métailié) : Les cris bleus

Ondjaki - Photo © DANIEL MORDZINSKI

Ondjaki, « GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique » (Métailié) : Les cris bleus

Jeune talent des lettres angolaises, Ondjaki anime un quartier de Luanda, bigarré et résistant. Tirage à 3500 exemplaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Rossignol,
Créé le 19.01.2021 à 08h10,
Mis à jour le 25.01.2021 à 15h31

On avait découvert les sortilèges de la prose inventive de l'Angolais Ondjaki avec Les transparents (Métailié, 2015), prix Saramago 2013. L'écrivain de 43 ans, jeune garde des lettres luso-africaines, nous entraîne à nouveau à Luanda, sa ville natale. Nous voici, « autrefois », à PraiaDoBispo, un quartier de bord de mer, un monde en soi avec sa plage de pêcheurs, sa place au milieu de laquelle trône une station-essence qui délivre de l'eau salée, sa boulangerie, son cinéma. Et la maison pleine d'enfants de GrandMèreAgnette, située à proximité directe du chantier du Mausolée, gardé par des soldats soviétiques. Le monument doit abriter le corps embaumé d'Agostinho Neto, père de la révolution et premier président de la république populaire d'Angola, mort à Moscou en 1979.

Ce contexte politique, ce temps de guerre froide - la guerre civile postindépendance est terminée -, pas forcément très familier du lecteur, a bien sûr son importance mais le roman est surtout la chronique tendre d'une rébellion de poche et se concentre sur cette petite communauté multicolore et multilingue. C'est le petit-fils de la ferme et protectrice GrandMèreAgnette, rebaptisée GrandMèreDixNeuf après avoir été amputée d'un orteil (« une fête d'adieu au doigt de pied » sera organisée), qui assure la traduction simultanée dans ce quartier où se métissent l'espagnol de Cuba d'ÉcumeDeMer, le vieux fou qui connaît les mathématiques et les étoiles, celui du camarade docteur RaphaelTocToc de l'HôpitalMilitaire et la langue incompréhensible des gardes du chantier, avec à leur tête le capitaine Bilhardo, surnommé CamaradeBotardov à cause de sa façon de prononcer « Bonsoir » dans son portugais à fort accent russe. Lui, c'est un serviable qui regrette la neige du « très loin » d'où il vient et qui assure l'accès à la lumière de la maison de la grand-mère en détournant l'alimentation électrique du Mausolée. Mais tandis que la rumeur d'un projet immobilier prévoyant de tout raser et de chasser les habitants se propage, les enfants, qui veulent continuer à pouvoir se baigner en poussant des « cris bleus », ceux que l'on crie du fond de la mer, décident d'improviser la résistance. Elle sera explosive.

Ondjaki
GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique Traduit du portugais (Angola) par Danielle Schramm
Métailié
Tirage: 3 500 ex.
Prix: 17,60 € ; 192 p.
ISBN: 9791022610964

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités