Paul Otchakovsky-Laurens est mort | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 04.01.2018 à 11h16 (mis à jour le 04.01.2018 à 18h24) - 1 commentaire Disparition

Paul Otchakovsky-Laurens est mort

Paul Otchakovsky-Laurens - Photo PHOTO OLIVIER DION

L'éditeur Paul Otchakovsky-Laurens est décédé le 2 janvier à l'âge de 73 ans. Il avait publié Georges Perec, Marguerite Duras, Marie Darrieussecq et Emmanuel Carrère.

Paul Otchakovsky-Laurens, directeur des éditions P.O.L, est mort brutalement mardi 2 janvier dans un accident de voiture à Marie Galante (Petites Antilles). Il y passait des vacances avec sa compagne, l’écrivaine et peintre Emmelene Landon, qui a été blessée. Il avait 73 ans.

Né en 1944, à Valréas, dans le Vaucluse, Paul Otchakovsky-Laurens fut l’éditeur de Georges Perec, Marguerite Duras, Emmanuel Carrère, Marie Darrieussecq, Leslie Kaplan ou encore Jean Rolin…

Il était entré chez Christian Bourgois comme stagiaire, après des études de droit, en 1969, avant de passer chez Flammarion l'année suivante. En 1972, il y a créé  avec Pierre Dumayet la collection « Textes ». Six ans plus tard, il fonde la collection puis le département Hachette-P.O.L et publie Je me souviens et La vie mode d’emploi de Georges Perec.

Photo OLIVIER DION
La mort de Perec conduit Paul Otchakovsky-Laurens à créer P.O.L en 1983 avec l'appui capitalistique de Flammarion. En 1991, Gallimard entrera dans le capital à hauteur de 26%. Gallimard devient l'actionnaire principal en 2003 avec 88% des parts.

P.O.L édite Marguerite Duras avec La douleur en 1985 puis La vie matérielle en 1987. L'écrivain lui donnera sept livres, qui, à chaque fois, ont sauvé la jeune société.

La maison obtient son premier grand prix en 1986 avec le Femina pour L’enfer de René Belletto, mais aussi six prix du Livre Inter (L’enfer de René Belletto, Des choses idiotes et douces de Frédéric Boyer en 1993, Quoi de neuf sur la guerre ? de Robert Bober en 1994, La maladie de Sachs de Martin Winckleren 1998, L'homme-sœur de Patrick Lapeyre en 2004, et Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Léger en 2012).
En 2000, P.O.L est de nouveau récompensé par le prix Femina avec Dans ces bras-là de Camille Laurens. En 2008, la maison obtient le Goncourt, grâce à Syngué Sabour d’Atiq Rahimi. En 2011, P.O.L réalise même un doublé avec le prix Médicis pour Ce qu’aimer veut dire de Mathieu Lindon et le prix Renaudot pour Limonov d’Emmanuel Carrère, qu'il publiait depuis son deuxième roman.

Intransigeant et indépendant

Dans sa "petite boutique" de la rue Saint-André-des-Arts, l'éditeur continuait d'ouvrir lui-même les plis des manuscrits envoyés par la poste. Il n'a publié que des livres qu'il aimait. Avenant et courtois, fidèle à ses auteurs, "artisan intransigeant et indépendant" pour Antoine Gallimard, il a imposé son éclectisme, de la poésie au théâtre en passant par le roman d’avant-garde. Il était exclusif, peu interventionniste, sentimentalement attaché à ses auteurs.

Seuls Danièle Sallenave, Richard Millet, Renaud Camus, pour des raisons idéologiques, et surtout Camille Laurens, dont le divorce fut fracassant en 2007, ont quitté la maison.

P.O.L publiait entre 45 et 50 titres par an, avec plus de 200 auteurs à son catalogue et réalisait un chiffre d'affaires variant de 1,5 à 2 millions d'euros par an.

Une vérité dans les mots

Passionné de cinéma,  il avait aussi réalisé deux documentaires (Sablé-sur-Sarthe, Sarthe en 2009, où il raconte l'abus sexuel dont il a été victime, et Editeur, sorti il y a quelques semaines, où il décrypte son métier), présidé l'Avance sur recette au CNC de 2011 à 2013 et présidé la Scelf (Société civile des éditeurs de langue française). Il avait également écrit pour le journal de Maurice Nadeau, La Quinzaine littéraire.

"Je cherche dans les livres une certaine forme de trouble, de mise en péril" disait ce curieux. Il aimait aussi cette langue française "composite", celle d'auteurs venus d'ailleurs. Dans un récent entretien au journal Le Monde, l'éditeur se confiait sur l'essence même de sa motivation à faire ce métier. "La quasi-totalité des écrivains que je publie auraient pu l’être ailleurs" expliquait-il. "À un certain moment de mon existence, on m’a interdit de parler. Alors j’ai trouvé cette solution de faire parler les autres. Et ça m’a permis de ne pas rater ma vie, de rester à peu près maître de ce que je faisais. Je le dois aux auteurs. Pour cette raison, je m’attache à une littérature qui dit la vérité, le vrai, à travers un certain usage de la forme et de la langue.

Commentaire récent

“ En décembre 2010 lors de notre manifestation littéraire " au coin de la place...la littérature" nous avions reçu Paul Otchakovsky Laurens avec plusieurs de ses auteurs Leslie Kaplan,Robert Bober ,Vi... ” librairie parefeuille il y a 2 ans à 21 h 55
close

S’abonner à #La Lettre