Penguin Random House rachète l’Espagnol Santillana | Livres Hebdo

Par Claude Combet, avec The Bookseller, le 20.03.2014 à 16h16 (mis à jour le 20.03.2014 à 17h00) Acquisition

Penguin Random House rachète l’Espagnol Santillana

Le nouveau géant de l’édition généraliste conforte ses positions dans les langues espagnole et portugaise.

Selon notre confrère The Bookseller, l’Américain Penguin Random House rachète l’Espagnol Santillana Ediciones Generales.

C’est la première acquisition internationale du nouveau géant de l’édition américaine généraliste, qui appartient à 53 % à l’Allemand Bertelsmann et à 47 % au Britannique Penguin. Cet achat représente pour le groupe américain une ouverture sur les langues espagnole et portugaise, et «lui donnera une audience mondiale encore plus importante», selon le P-DG Markus Dohle.  

Le groupe Santillana figure en 25e position du classement mondial 2013 de l’édition de Livres Hebdo, affichant un chiffre d’affaires de 734 millions d’euros. Mais la transaction ne porte que sur la partie généraliste de l’éditeur espagnol, qui appartient au groupe de presse et d’édition Prisa, lequel conserve le secteur scolaire (plus précisément les livres pour la jeunesse et pour les jeunes adultes à destination des écoles et institutions scolaires).

Les questions administratives et légales une fois réglées, Santillana Ediciones Generales deviendront Penguin Random House Grupo Editorial, le département de langue espagnole du groupe. L’ensemble, dirigé par Nuria Cabuti, avec le soutien d’Armando Collazos, directeur de Prisa Ediciones, publie 1 500 titres par an.

De son côté, Penguin Random House Brazil, qui détient aussi 45 % de la maison Companhias das Letras, vient d’acquérir la totalité d’Objetiva, éditeur au Brésil de Stephen King, Haruki Murakami et Carlos Ruiz Zafon.

L’ensemble - Penguin Random House Grupo Editorial, Santillana Ediciones Generales, Companhias das Letras et Objetiva – devrait occuper une position majeure sur les marchés de langues espagnole et portugaise.
 
 
close

S’abonner à #La Lettre