Innovation

Dans l'essai L'économie bleue 3.0, à paraître le 8 mai à L'Observatoire, l'industriel belge Gunter Pauli vante les bienfaits écologiques du papier de pierre, dont la technique de fabrication, originaire de Taïwan, ne nécessite ni eau, ni déboisement. Extrêmement résistant et totalement étanche, ce matériau est composé à 80 % de carbonate de calcium, trouvable dans les débris de chantier ou dans les carrières, et à 20 % de polyéthylène, composant basique du plastique. Mieux : il est théoriquement recyclable à l'infini et se fabrique sans avoir recours aux produits chimiques polluants utilisés pour extraire la fibre de cellulose de bois et blanchir la matière. Seul (gros) bémol, en cas de décomposition dans la nature, hors des centres de recyclage, le plastique contenu dans les feuilles de pierre contaminerait l'environnement pour plusieurs années. En France, les éditeurs de livres n'ont pour l'instant pas recours à ce procédé, encore assez complexe à mettre en œuvre à une échelle industrielle.

01.03 2019

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités