Droit d'auteur

Pour la Sofia, ReLire "perdurera dans le strict respect des règles applicables"

Pour la Sofia, ReLire "perdurera dans le strict respect des règles applicables"

La société gestionnaire des droits attachés aux œuvres indisponibles insiste sur le maintien de l'exploitation des licences déjà accordées.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 09.06.2017 à 18h49,
Mis à jour le 09.06.2017 à 19h00

"Le système des livres indisponibles perdurera dans le strict respect des règles applicables et dans l’intérêt commun des auteurs, des éditeurs et du public" déclare la Sofia dans un communiqué publié le 9 juin, à propos de l'arrêt rendu par le Conseil d'Etat concernant le dispositif de numérisation et de diffusion des livres du XXe siècle qui n'étaient plus commercialisés.
 
Le Conseil d’État prononce une nullité partielle qui n’affecte qu'une partie du dispositif, et "prend bien soin de souligner que les autres dispositions (...) concernant la base de données des livres indisponibles, la gestion collective et les mesures de publicité sont parfaitement conformes au droit de l’Union Européenne" insiste l'organisme chargé de la gestion des droits attachés à ces œuvres.
 
Le Conseil d'Etat "précise également que sa décision " ne produit pas par elle-même d’effets propres de nature à remettre en cause la validité des contrats signés "antérieurement" rappelle le communiqué de la Sofia. Les quelque 165000 licences déjà accordées peuvent donc être exploitées, et les auteurs peuvent toujours demander à tout moment leur retrait de ce dispositif.

Accord supposé tacite des auteurs

Le différend est venu de l'accord supposé tacite des auteurs. Se faisant les porte-parole de ceux qui contestent ce projet, un auteur et une traductrice ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat, qui a sollicité l'avis de la Cour de justice de l'Union européenne, laquelle a jugé qu'il était indispensable d'informer individuellement chaque ayant droit concerné. Le Conseil d'Etat s'est conformé à cette décision.
 
Le coût d'une information individuelle envoyée à chacun des auteurs de ces œuvres qui ne sont plus commercialisées, et la difficulté de retrouver une partie d'entre eux a conduit à la solution de l'inscription des titres dans une base dénommée ReLire (Registre des livres indisponibles en réédition électronique) consultable par tous.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités