Pour le fisc, Albert Uderzo n'est qu'un simple illustrateur d'Astérix

Uderzo et Goscinny

Pour le fisc, Albert Uderzo n'est qu'un simple illustrateur d'Astérix

Le coauteur des aventures du héros gaulois conteste un redressement fiscal de plus de 200 000 euros.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
avec vt, avec afp,
Créé le 18.01.2011 à 00h00,
Mis à jour le 18.01.2011 à 00h00

Albert Uderzo, père d'Astérix avec René Goscinny, a indiqué mardi à l'AFP être soumis à un redressement fiscal de 203 000 euros, qu'il conteste vigoureusement, le fisc le considérant comme simple illustrateur et non coauteur des 24 premiers albums du célèbre Gaulois, édité pour la première fois chez Dargaud en 1961. à l'époque, 6 000 exemplaires avaient été imprimés.

"à 84 ans, le fisc a décidé de me considérer simplement comme l'illustrateur d'Astérix et non son coauteur, et me soumet, rétroactivement jusqu'à janvier 2007, à un redressement de 20% sur l'ensemble des sommes déclarées sur les droits provenant de ces 24 albums. C'est honteux", s'insurge Uderzo.

"J'ai récemment fait l'objet d'un contrôle fiscal, le troisième de ma vie, et comme le fisc n'a trouvé aucun défaut dans ma cuirasse, ni fraude ni négligence dans ma comptabilité, il m'attaque en avançant qu'être illustrateur est une 'profession non commerciale'", poursuit-il.

"J'ai bien évidemment été coauteur avec Goscinny des albums d'Astérix réalisés de son vivant, pendant 18 ans, comme cela figure en toutes lettres dans les contrats signés à l'époque avec Dargaud", assure Uderzo à notre confère Actualitté.com qui a révélé l'information. "Avec mon avocat, je vais me battre une nouvelle fois", dit-il.

"Après 51 ans d'Astérix et 66 ans dans la profession, c'est un scandale. Je trouve injuste aussi la législation particulière qui régit la BD. Quand un compositeur écrit la musique d'une chanson et le parolier les textes, ils sont considérés tous deux comme auteurs. Ce n'est pas le cas des illustrateurs de bande dessinée", relève-t-il.

Après le décès le 5 décembre 1977 de René Goscinny, avec lequel il avait créé les aventures d'Astérix en 1959 dans Pilote, Albert Uderzo avait décidé de continuer la série. Il fonde pour ce faire en 1979 la maison d'édition Albert René, suite à un contentieux avec Dargaud.


En décembre 2008, Albert Uderzo, 82 ans, a cédé à Hachette Livre les 50,5 % qu'il détenait dans la Syadal, le solde restant aux mains de sa fille, opposée à cette vente. La Syadal contrôle 80 % du capital des éditions Albert-René, qui a publié les neuf albums d'Astérix parus après la mort du scénariste René Goscinny en 1977, et dont Albert Uderzo a réalisé seul dessins et scénarios.

Anne Goscinny, fille de René Goscinny, qui possédait 20 % de la maison d'édition, a aussi vendu ses parts pour 5 millions d'euros à Hachette Livre, ce qui valoriserait l'ensemble d'Albert-René à 25 millions d'euros.

Hachette a par ailleurs acquis en 1998 les droits d'édition des 24 albums d'Astérix publiés du vivant de René Goscinny pour la durée de la propriété littéraire et artistique et le monde entier. L'éditeur a obtenu l'autorisation contractuelle de poursuivre, le moment venu, les aventures du héros gaulois.

________
voir aussi le blog de François Taillandier : Astérix (1959-1977)

18.01 2011

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités