8 février > Roman France > Baptiste Rossi

La critique est réputée à la fois pour son indulgence à l’égard du premier roman d’un auteur, et sa sévérité à l’encontre du deuxième. Dans le cas de Baptiste Rossi, pas de souci : son premier roman, Lavraie vie de Kevin (Grasset, 2014), faisait déjà montre d’un vrai talent ; mais le deuxième, Le roi du sud, nous le ferait presque oublier. Comment un écrivain aussi jeune peut-il posséder une telle maîtrise à la fois narrative et stylistique, ainsi qu’une véritable gourmandise pour le roman, le tout saupoudré d’un humour caustique ?

Il semble que Baptiste Rossi, corse d’origine, connaisse bien le Midi de la France, et pas forcément dans ce qu’il a de meilleur. Il semble aussi, peut-être parce qu’il sert de "nègre", nous dit-on chez l’éditeur, à des "figures politiques de premier plan", que la politique l’intéresse, et qu’il en connaisse déjà les arcanes. Sans compter qu’il a dû se documenter, puisqu’il n’a pas vécu les années dont il traite, de 1980 à 1983 avec un épilogue en 1987. Jean Orski, petit-fils d’immigrés polonais passés par le Nord, est parvenu à conquérir la mairie de Portovan et à s’y maintenir. Il a bâti un puissant système mafieux, une carrière où il a entraîné son beau-frère, l’avocat Richard d’Artigues, devenu député, et son fils Daniel, le narrateur, digne rejeton de son père, mais un peu trop porté sur les drogues, dont il a fait son directeur de cabinet. Son empire s’étant effondré sous les coups de boutoir d’une juge intègre et tenace, Nathalie Diniac, il prend la fuite vers Buenos-Aires. Daniel vient le saluer une dernière fois. Entre ces deux fauves, une sorte d’affection, de mimétisme.

Mais avant la déchéance dramatique, le député d’Artigues, arrêté, s’est suicidé en prison. Il y a eu l’ascension d’Orski, par les moyens les plus louches : assassinats, dont celui de son prédécesseur à la mairie, magouilles avec les partis de tous bords (lui est UDF, mais n’hésite pas à s’allier avec le RPR tenu par Chirac et ses amis corses, voire avec les socialistes, dont le leader, François Mitterrand, vient d’être élu président), règlements de comptes, fraude fiscale, etc. Orski tient tout et tout le monde. Jusqu’à ce qu’un grain de sable fasse dérailler la machine. C’est passionnant, réaliste hélas, et, au final, moral. Jean-Claude Perrier

Baptiste Rossi
Le roi du sud
Grasset
Tirage : NC
Prix : 22 euros ; 464 p.
ISBN : 978-2-246-85455-5

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités