Disparition

Cinéma, télévision, politique et littérature: Roger Hanin était sur tous les fronts. Il est décédé mercredi à l'âge de 89 ans, ravivant le souvenir des années François Mitterrand dont il était le beau-frère.

Le comédien pied-noir est mort mercredi matin d'une "détresse respiratoire" à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, a annoncé à l'AFP le réalisateur Alexandre Arcady, avec lequel il avait tourné Le grand pardon.

Cet homme grand et massif avait épousé en 1959 la productrice de cinéma et de télévision Christine Gouze-Renal, morte en 2002, sœur de Danielle Mitterrand, devenant un familier du premier président socialiste de la Ve république.

Populaire, Roger Hanin, né Roger Lévy le 20 octobre 1925 à Alger, l'était devenu grâce à l'immense succès de "Navarro" sur TF1, série qu'il porta sur ses épaules de 1989 à 2009.
De 1952 à 1997, il a tourné dans près d'une centaine de films, son imposante stature lui valant d'être cantonné dans des rôles de durs. Il a tourné avec Jules Dassin, Marc Allégret, Michel Deville, Pierre Schoendoerffer, Luchino Visconti, Henri Verneuil, Claude Autant-Lara, Dino Risi, Claude Chabrol, Edouard Molinaro, Jean-Michel Ribes et Alexandre Arcady qui le dirigea dans ses plus grands succès dans cinq films. Hanin réalisa également cinq films (dont son ultime apparition sur grand écran Soleil).

Grande gueule et grand cœur, le comédien, qui avait également beaucoup joué au théâtre, avait annoncé le 1er novembre 2008, à 83 ans, qu'il mettait un terme à sa carrière sans "amertume, ni nostalgie".

Roger Hanin fut aussi romancier, auteur de onze romans, mêlant suspens, humour absurde, parfois surréalisme, sexualité et errances en Normandie et ailleurs. Il s'est lancé dans l'écriture avec L'ours en lambeaux (aujourd'hui épuisé) en 1983, paru chez Encre. Grasset publie sa trilogie qui commence en 1985 avec Le voyage d'Arsène, se poursuit en 1994 avec Les gants blancs d'Alexandre, pour se conclure en 1996 avec Les sanglots de la fête. Toujours chez Grasset, il écrit L'hôtel de la vieille lune en 1998, Dentelles en 2000, Lettre à un ami mystérieux, consacré à François Mitterrand, en 2001, Gustav en 2003, L'horizon en 2005 et enfin Loin de Kharkov en 2007.
En 2009, Balland édite son ultime ouvrage Carnet de vie, une méditation autour de Dieu.

Par ailleurs, il avait écrit une pièce de théâtre, Une femme parfaite, paru à l'Avant-scène Théâtre en 2001.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités