Salon du Livre : Questions à Josiane Balasko | Livres Hebdo

avec vlg, le 26.03.2007

Salon du Livre : Questions à Josiane Balasko

Elle a commencé à devenir écrivaine parce qu'on lui refusait un scénario, Cliente, pour le cinéma. Multi-casquettes, Josiane Balasko a récidivé avec Parano Express l'an dernier.

Livres Hebdo : Vous prêtez-vous facilement à l’exercice de la séance de dédicaces ?
Josiane Balasko : Je suis déjà habituée à la séance d’autographes, la grosse différence c’est que là, on est rétribué. Et oui, l’autographe est gratuit. Enfin, sauf le dimanche, c’est 1 euro ! Ici, c’est quand même plus intéressant que l’autographe demandé dans la rue. Ici, le contact s’établit plus facilement. S’ils achètent mon livre, c’est qu’il doit les intéresser. Alors, on parle plus facilement : de mon livre, ou de ce qu’ils ont acheté aussi.

LH : Quel est votre record de signatures à l’heure ?
JB : Je ne suis pas une auteure suffisamment connue pour avoir établi un record. J’ai surtout des records d’autographes. Enfin, en librairie, j’ai pu faire jusqu’à 100, 150 signatures.

LH : Viendriez-vous au salon du livre si vous n’y étiez pas invité ?
JB : J’aime bien le salon : ces tonnes de bouquins... Ca permet de découvrir des éditeurs originaux, régionaux aussi. J’y suis allé très souvent en tant que simple lectrice.

LH : Quel est votre salon littéraire préféré ?
JB : J’aime beaucoup celui de Cap-Ferret. Cela dit, je ne suis pas suffisamment ancienne. Je n’ai pas vraiment fait la tournée des salons comme je peux le faire pour un film.

Thématique

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre