Prix littéraire

Sara Omar remporte le prix Lorientales 2021

Sara Omar

Sara Omar remporte le prix Lorientales 2021

La romancière dano-kurde a été récompensée pour son premier roman La laveuse de mort paru chez Actes Sud.

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 07.09.2021 à 12h33,
Mis à jour le 07.09.2021 à 13h00

Le jury du prix du livre Lorientales 2021 a récompensé, lundi 6 septembre, Sara Omar pour La laveuse de mort (Actes Sud, 2020). Ce premier roman, best-seller au Danemark, a également reçu le Laesernes bogpris (prix des lecteurs). 

La mère de Frmesk, née au Kurdistan en 1986, fait tout pour la protéger d’un père violent qui menace de la tuer car elle n'est pas un garçon. Heureusement, les grands-parents maternels de Frmesk la recueillent et l’élèvent avec amour. Mais la préserver des menaces psychologiques et physiques qui pèsent sur elle dans un pays tourmenté reste une grande épreuve.

Dans son communiqué, le jury a salué un "Un roman puissant, fort et vibrant, avec des histoires poignantes et même percutantes qui nous plongent dans un torrent tumultueux". Son récit est "un condensé de tous les crimes que peuvent perpétrer les extrêmes qui questionne et interroge". "Sara Omar, désireuse de rendre leur dignité aux femmes brisées, transforme sa rage en un magnifique hommage. Un roman d'actualité sur la sororité, véritable plaidoyer pour l'égalité et la liberté." écrivait Kerenn Elkaim, dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo.

La jeune auteure de 34 ans, Sara Omar est née au Kurdistan. Elle doit cependant fuir la guerre à la fin des années 1990 pour s’installer au Danemark, où elle vit depuis 2001. L'auteure a publié La laveuse de mort en Politikens Forlag. Deux ans plus tard, elle a édité la suite de son premier roman, intitulé Skyggedanseren. 

Le prix Lorientales est remis par l'association du même nom, basée à Lorient, et qui a pour objectif de faire connaître l'Orient et de "développer la connaissance et la compréhension du monde arabe et oriental, sa langue, ses civilisations, ses valeurs culturelles". 

En 2020, le prix Lorientales a été attribué à Imane Robelin pour Qui a tué Essabâr ?, paru aux éditions Henry.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités