"Sensitivity readers": naissance d’une profession | Livres Hebdo

Par Marine Durand, le 04.05.2018 (mis à jour le 04.05.2018 à 10h30) Etats-Unis

"Sensitivity readers": naissance d’une profession

Manifestations communautaires aux Etats-Unis. - Photo PHOTOMONTAGE OLIVIER DION

Les éditeurs et les auteurs américains ont recours à des conseillers littéraires spécialisés dans la détection, dans les manuscrits, des maladresses à l’égard des minorités afin d’éviter les polémiques qui peuvent embraser en quelques heures les réseaux sociaux.

C’est le New York Times qui, le 24 décembre dernier, les a mis en lumière: "A l’heure de l’indignation en ligne, le travail des sensitivity readers aboutit-il à de meilleurs livres ou à de la censure?" L’enquête du quotidien new-yorkais sur ces "démineurs de polémiques", chargés de vérifier, via leur expérience personnelle, que le vocabulaire d’un ouvrage n’offensera pas leur communauté, a suscité

Lire la suite (6 050 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre