Soleil noir pour le dessinateur de "XIII" William Vance | Livres Hebdo

Par Sophie Gindensperger, le 15.05.2018 à 12h13 (mis à jour le 15.05.2018 à 13h00) Disparition

Soleil noir pour le dessinateur de "XIII" William Vance

William Vance - Photo DR

Le dessinateur prolifique s'est éteint le 14 mai à l'âge de 82 ans. 

William Vance, de son vrai nom William Van Cutsem, s'est éteint lundi 14 mai, à l'âge de 82 ans, a annoncé Yves Schlirf, directeur éditorial des éditions Dargaud pour le Benelux.


La plume de ce dessinateur prolifique avait notamment donné vie à XIII, thriller sur le thème d'un amnésique pourchassé, en quête de son identité, imaginé par le scénariste Jean Van Hamme.

Né dans la commune belge d'Anderlecht le 8 septembre 1935, il étudie à l'Académie royale des beaux-arts et commence à travailler dans la publicité. En 1962, il entre au journal Tintin. Il débute sa carrière avec des courts récits historiques, souvent scénarisés par Yves Duval. 

Son dessin réaliste virtuose va aussi bien plonger le lecteur dans le monde de la marine anglaise avec Howard Flynn (avec Yves Duval), les plaines du Far-West avec Ringo (de Jacques Acar) ou Marshal Blueberry (de Jean Giraud), ou encore dans les aventures de Bob Morane, d'Henri Vernes. Il publie aussi Ramiro, chez Dargaud, qu'il scénarise seul.
 
Un artiste précis et méticuleux, discret et d’une gentillesse immense. Dargaud

C’est la série XIII, née de sa rencontre avec Jean Van Hamme, qui va réellement le propulser aux premiers rangs de la profession. Dans le premier tome, Le Jour du soleil noir, paru en 1984, un inconnu est découvert gisant sur une plage, inconscient et blessé par balle à la tempe. Complètement amnésique, il ne se souvient plus de son nom, ni de son passé et porte un mystérieux chiffre "XIII" tatoué au-dessus de la clavicule gauche. Une enquête à rebondissements qu'il a dessinée pendant 18 albums, qui rassembleront plusieurs centaines de milliers de lecteurs. Contraint par la maladie, il passe la main en 2010 à Iouri Jigounov. 

"Maître incontesté du réalisme et du noir et blanc en bande dessinée, cet auteur aussi
prolifique que talentueux a su, durant toute sa carrière, épater par son sens pointu, son
obsession même, du détail et de la recherche iconographique. Un artiste précis et
méticuleux, discret et d’une gentillesse immense, dont la perte laissera un vide
incontestable"
, a réagi Dargaud dans un communiqué.

 
close

S’abonner à #La Lettre