à paraître

Sonatine publie le récit du DJ emblématique du « Bus Palladium »

Sonatine publie le récit du DJ emblématique du « Bus Palladium »

Jean-Charles Dupuy, le DJ historique du Bus Palladium, célèbre boîte de nuit du quartier Pigalle à Paris qui s'apprête à tirer le rideau, raconte dans « La Nuit va nous perdre » l'ambiance vespérale d'un quartier mythique et une partie de sa vie plus méconnue, celle où il quitte le pays et les drogues pour fuir la mort.

J’achète l’article 1.5 €

Par Adriano Tiniscopa ,
Créé le 22.02.2022 à 19h26 ,
Mis à jour le 22.02.2022 à 22h22

Jean-Charles Dupuy a 18 ans quand il arrive au « Bus », comme il l'appelle. Il arrive de Courbevoie avec la passion de la musique qui le lie rapidement au DJ résident de l'époque « Sergio ». La Nuit va nous perdre est avant tout « un récit de vie », insiste l'auteur interrogé par Livres Hebdo. Sonatine le publiera le 19 mai, écrit avec la collaboration de Sébastien Spitzer.

Lieu emblématique des dancefloor parisiens, le Bus Palladium c'est surtout une époque, celle du rock des années 1960. Ouvert en 1965, l'établissement a annoncé il y a quelques jours la fermeture de ses portes à partir de mars prochain. « Ces lumières particulières, ces quartiers qui montent et qui descendent... Ce livre ce n'est pas seulement l'histoire du « Bus », c'est aussi cette époque, cet endroit hors normes, celui des voyous de Pigalle, des bars à putes, de la drogue, du sida. », explique l'ancien DJ. Ensuite, survient une histoire d'amour qui finit mal, et s'ensuit une lente descente aux enfers: « j'étais en train de crever tout simplement, le fait d'être parti à l'étranger au Canada qui m'a sauvé », poursuit  Jean-Charles Dupuy.

L'idée de ce livre germe en 2019, année où il commence à se pencher sur l'écriture, d'abord sous la « forme de notes, puis les mots viennent et ensuite les phrases », détaille-t-il. Encouragé par l'éditeur Sonatine pour « aller plus loin dans le récit », il se rapproche de Sébastien Spitzer qui lit le premier manuscrit. Ce dernier « était très intéressé pour collaborer activement sur la suite », raconte le Dj devenu producteur.

Le Bus Palladium est présent dans de nombreuses chansons des années 1960, puis au cinéma dans les années 2010, avant d'être mentionné dans Sérotonine de Michel Houellebecq en 2019. Antoine de Baecque l'évoque parmi les lieux du beau livre Les nuits parisiennes (Seuil, 2015).

Il n'en restera rien : l'édifice va être rasé pour y construire un hôtel.

Les dernières
actualités