Suicide collectif des gérants d'une maison de la presse à Marseille

Suicide collectif des gérants d'une maison de la presse à Marseille

Christine Gomez

Suicide collectif des gérants d'une maison de la presse à Marseille

Acculée par des difficultés financières s'ajoutant à des problèmes de santé, une famille gérant une librairie-papeterie-presse à Marseille s’est donnée la mort.

avec cg à Marseille Créé le 15.04.2015 à 21h00

Dans la soirée de lundi 19 novembre, la famille Simon, Richard, Olga et leur fils Antony âgé de 26 ans, se sont suicidés à Marseille. Tous les trois géraient une maison de la presse qu'ils avaient rachetée il y a 25 ans située dans le quartier de Saint-Just. Le couple faisait face à de grandes difficultés financières auxquelles s’ajoutaient des problèmes de santé, la mère souffrant de la maladie de Parkinson. Le quotidien régional La Provence  révélait dans son édition du 21 novembre qu’ils n’arrivaient plus à combler le déficit de l’entreprise familiale de l'ordre de 30 000 euros.
Cette maison de la presse proposait un petit assortiment de livres mais faisait l'essentiel de son activité avec la vente de journaux et de magazines. Après des études de commerce, le fils avait rejoint l’entreprise familiale et espérait aider ses parents à la redresser. Mais en vain. La famille a envoyé des lettres expliquant leurs gestes entre autre à La Provence, en évoquant les problèmes de « finances du magasin ».
15.04 2015

Les dernières
actualités