Prix

Sylvain Tesson auréolé du prix Nice Baie des Anges

Sylvain Tesson lors du Salon du livre de Paris 2014. - Photo © O. DION

Sylvain Tesson auréolé du prix Nice Baie des Anges

Cette année, le prix littéraire azuréen récompense un recueil de nouvelles, S’abandonner à vivre (Gallimard), alors qu’il est habituellement dédié aux romans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Manon Quinti,
Créé le 23.05.2014 à 15h43,
Mis à jour le 23.05.2014 à 16h00

Le jury de la 19e édition du prix Nice Baie des Anges a couronné le 22 mai Sylvain Tesson pour son livre S’abandonner à vivre, publié par Gallimard en janvier. Un résultat étonnant, puisque l’ouvrage est un recueil de nouvelles, alors que le prix littéraire azuréen est habituellement réservé aux romans.
 
C’est la quatrième fois depuis sa création, il y a 19 ans, que cela arrive. Le cas s’était déjà produit en 2000 avec Le tombeau d’Aurélien de Claude Imbert (Grasset), un livre de dialogues, en 2010 avec Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik (Flammarion), un roman biographique, et en 2012 avec Monsieur le commandant de Romain Slocombe (NIL).
 
“On donne le droit au jury de proposer des titres qui s’éloignent un peu du genre, tout en gardant une forme romancée: on n’accepterait pas une biographie ou un livre d’histoire. Cette année, on est peut-être allés un peu plus loin avec des nouvelles, mais en même temps, chaque histoire de l’ouvrage est un roman en soi”, a expliqué à Livres Hebdo Christian Giraud, organisateur du Salon du livre de Nice, durant lequel sera remis le prix (le 13 mai).
 
Ces 19 nouvelles sont directement ou indirectement inspirées d’expériences vécues par l’auteur. Parmi les histoires racontées, celle d’un ingénieur français se rendant sur une plate-forme pétrolière russe et d’un jeune Nigérien qui tente de rejoindre l’Europe. Ces héros ont tous ont un point commun: face aux coups du sort, ils ont choisi le lâcher-prise.
 
Jury “pro” et jury “populaire” d’égal à égal
 
Présidé par Franz-Olivier Giesbert, le jury réunissait Paule Constant, Irène Frain, Aurélie Hustin de Gubernatis, Didier van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gagliolo, conseiller municipal délégué au patrimoine historique, à la littérature, à la lutte contre l’illettrisme, au théâtre, et à la langue niçoise et Olivier Biscaye, directeur des rédactions du quotidien Nice-Matin, et 10 lecteurs, qui ont participé d’égal à égal avec le jury “professionnel” aux délibérations, étalées sur quatre tours.
 
Sylvain Tesson a déjà reçu des récompenses: le Prix Goncourt de la nouvelle 2009 pour Une vie à coucher dehors et le Prix Médicis essai 2011 pour Dans les forêts de Sibérie, tous deux publiés chez Gallimard. Avec ce nouveau prix, l’auteur succède à Patrick Renaudot, Richard Millet, Eric Fottorino ou encore Valérie Tong Cuong, lauréate 2013 pour L’atelier des miracles (Jean-Claude Lattès).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités