Une nuit, Nino se réveille, cherchant à tâtons sa baleine en peluche. Bizarre... Il n'entend aucun bruit dans la maison. Dans son pyjama plein de dinosaures, il se lève et finit par trouver ses parents dans la cuisine. Sa mère, avec une drôle de tête chiffonnée, et son père, accroupi en train d'éponger de l'eau avec une serpillière. « Ce n'est rien, c'est un dégât des eaux », le rassérène celui-ci en le remontant dans son lit. Dans son rêve, Nino revient sur le carrelage de la cuisine, passe sa tête puis tout son corps dans le hublot resté ouvert de la machine à laver et zioup ! Le voilà nageant au milieu de la mer parmi de beaux poissons multicolores. Soudain, il sort la tête de l'eau et entend chanter O sole mio. Incroyable ! Il est à Venise ! Un gondolier le recueille à bord de son embarcation le jour de la Regata Storica ! Quand il se réveille, il veut aller raconter sa fantastique odyssée vénitienne à ses parents. Mais il n'y a personne dans la cuisine, sauf sa grand-mère qui lui apprend que sa maman a perdu les eaux et qu'il est le frère d'un petit Marin. Sur la base d'un simple mot d'esprit, cet album tout en tendresse dérive au fil d'une eau métaphorique, de celle de la machine à laver à celle des prémices d'une naissance. Tendre aussi est l'illustration, tant dans l'imprimé des tissus que dans le détail des passants de la Sérénissime, parmi lesquels on reconnaît la Petite Sirène et Pinocchio...

Dégât des eaux. Camille Delabroy-Allard, Camille Jourdy - Photo THIERRY MAGNIER
Pauline Delabroy-Allard, Camille Jourdy
Le dégât des eaux
Thierry Magnier
Tirage: NC
Prix: 14,90 € ; 36 p.
ISBN: 9791035203863





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités