Interview

Tillie Cole : "La dark romance est controversée partout"

Tillie Cole était présente au SLPJ de Montreuil cette année. - Photo DR

Tillie Cole : "La dark romance est controversée partout"

Tillie Cole, l'autrice de Mille baisers pour un garçon, annonce la sortie du tome deux de son best-seller. Nous l'avons rencontrée dans les allées du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, qui s'est terminé lundi 4 décembre.

J’achète l’article 1.5 €

Par Pauline Gabinari,
Créé le 05.12.2023 à 14h01 ,
Mis à jour le 05.12.2023 à 18h33

Elle avait fait couler de l’encre en détrônant – chose rare – Harry Potter de la première place des ventes poches jeunesse avec son roman Mille baisers pour un garçon (Hachette). Après deux ans au sommet, Tillie Cole remet son titre en jeu, et publiera, durant l’été 2024, la suite de son histoire. L’ouvrage est intitulé Mille morceaux de cœur brisé et sera tiré à 32 000 exemplaires. Pour en savoir un peu plus sur ce titre inédit et revenir sur la success story de son autrice, nous l'avons rencontré lors du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, qui se tenait jusqu'au 4 décembre. 

Livres Hebdo : Mille baisers pour un garçon fait partie de ces livres au parcours particulier. Publié initialement en 2016, il explose les compteurs cinq ans après grâce à book tok. Pouvez-vous nous raconter ? 

Tillie Cole : La première fois que j’ai publié Mille baisers pour un garçon, c’était sur KDP, la plateforme d’auto-édition d’Amazon. Le roman a fait son chemin, puis j’ai écrit d’autres livres. Ce n’est que bien plus tard que j’ai commencé à me poser des questions. Je voyais les ventes de ce livre monter sans comprendre pourquoi. Une amie m’a alors conseillé d’aller voir sur Tik Tok. J’ai suivi son conseil et n’en a pas cru mes yeux : sur mon téléphone, je voyais des centaines et des centaines de vidéos où les gens avaient lu mon livre et pleuraient. À partir de là, le phénomène n’a cessé de grandir.

La réception a-t-elle été la même ailleurs qu’en France ? 

Oui, cette tendance a été reprise dans tous les pays : en Italie, le livre a été numéro un pendant longtemps, il a aussi été dans la liste des best-sellers du New-York Times, le livre a cartonné en Israël, en Pologne...

Au-delà de l’histoire, comment expliquez-vous l’effet de vente massif qui a suivi la vidéo ?

Quand le phénomène est arrivé, le livre était déjà traduit et accessible dans de nombreuses langues et dans de nombreux pays. Les lecteurs pouvaient donc l’acheter immédiatement après avoir regardé la vidéo. Par exemple, si un Américain voit un Français parler du livre, il n’a pas besoin d’attendre sa traduction. 

Le second tome s’intitule Mille morceaux de cœur brisé. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

Mille baisers pour un garçon était une histoire sur le fait de perdre quelqu’un, la suite sera sur ceux qu’on laisse derrière nous après un décès. On va ainsi suivre l’histoire de la sœur de Poppy et sa difficulté à aller de l’avant. Ce second livre n’était pas prévu au début, mais l’année dernière, j'ai perdu mon père d’un cancer. Avoir vécu cette épreuve m’a permis de trouver les mots pour écrire un second livre, car désormais je sais ce que l’on ressent quand on perd quelqu’un. Si vous perdez quelqu’un, je pense que ce livre peut beaucoup vous aider. 

À côté de romances classiques, vous êtes aussi autrice de dark romance…

Tout à fait ! J’ai pendant longtemps écrit de la dark romance, mais me dirige de plus en plus ces derniers temps vers des livres plus lumineux. J’aime écrire les deux mais ce sont mes romances classiques qui restent les plus célèbres. 

En France, la dark romance est un genre assez controversé. La réception est-elle la même à l'international ? 

Oui, absolument. De ce que je sais, la dark romance est controversée partout. D’ailleurs, je pense que c’est de plus en plus compliqué d’être auteur de dark romance. Tik Tok a rendu ce genre célébrissime, certains livres ont eu un succès énorme, cela a ouvert les débats et les conversations. Je pense que ces débats peuvent être bons et qu’il faut aussi les écouter. Personnellement, je ne veux blesser personne quand j’écris, on doit écouter le public et admettre que si certaines histoires ne conviennent pas, on ne doit plus les écrire.

Les dernières
actualités