Censure

Un écrivain chinois dissident arrêté à Pékin

Le président Xi Jinping. Depuis son arrivée à la tête de l'Etat chinois en 2003, les milieux intellectuels sont régulièrement la cible d'arrestations et détentions arbitraires. - Photo CAPTURE D'ÉCRAN CCTV NEWS

Un écrivain chinois dissident arrêté à Pékin

Un écrivain chinois âgé de 81 ans, Tie Liu, critique de longue date du régime, a été arrêté par la police à Pékin. Un pas de plus dans la répression qui s’abat en Chine sur les milieux intellectuels.

J’achète l’article 1.50 €

Par Souen Léger,
avec AFP,
Créé le 16.09.2014 à 16h45,
Mis à jour le 16.09.2014 à 18h09

L’auteur et éditeur Tie Liu, de son vrai nom Huang Zerong, a été interpellé à son domicile dimanche 14 septembre et placé en détention pour “avoir cherché querelle et suscité des troubles”, a annoncé son avocat et ami Liu Xiaoyuan. L’accusation est régulièrement utilisée par les autorités pour museler les voix dissidentes qui s’opposent au Parti communiste chinois.
 
L’écrivain, qui a eu 81 ans en mai, a déjà passé 20 ans dans les camps de rééducation comme “droitier” pour s’être opposé à Mao Tsé-toung, le fondateur du régime, avant d'être réhabilité dans les années 1980. Une dizaine de policiers ont fait irruption chez lui et ont emporté son ordinateur et ses livres. Son assistant a également été arrêté. “Son épouse pense que c’est à cause d’un essai qu’il a écrit” récemment, critiquant le chef de la propagande du régime, Liu Yunshan, a poursuivi son avocat.
Pékin a tenté pendant près de 60 ans de réprimer ses idées (…) et le plus impressionnant, c’est qu’il n’a pas cédé Dominic Moran, association PEN
Tie Liu avait fondé sa propre maison d’édition et publiait notamment des mémoires de “droitiers” interdites par la censure. Cette arrestation a suscité la condamnation d’associations internationales, dont le PEN américain, qui a demandé sa libération immédiate. “Pékin a tenté pendant près de 60 ans de réprimer ses idées (…) et le plus impressionnant, c’est qu’il n’a pas cédé", a déclaré le directeur du programme pour la liberté d’expression de cette association d'écrivains, Dominic Moran.
 
Depuis l’accession à la tête de l’Etat chinois du président Xi Jinping en mars 2003, une vague de répression s’est abattue sur les milieux intellectuels et dissidents. Des dizaines de journalistes, avocats, militants des droits de l’homme ou blogueurs sur l’internet ont été emprisonnés ou intimidés. En mai 2014, l’éditeur Yao Wentian, qui s’apprêtait à publier le livre d’un dissident basé aux États-Unis, avait ainsi été condamné à 10 ans de prison.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités