Enquête

Un observatoire de la musique en bibliothèque

Photo L'ESPACE MUSIQUE DE LA BMVR DE TROYES © OLIVIER DION

Un observatoire de la musique en bibliothèque

L’association pour la coopération des professionnels de l’information musicale vient de publier son premier rapport synthétisant les nombreuses données sur le marché du disque et l’offre de documents sonores en bibliothèque. Cette enquête sera mise à jour annuellement.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 30.06.2014 à 17h10,
Mis à jour le 30.06.2014 à 18h00

Pour aider les professionnels dans leur choix concernant l’offre de musique en bibliothèque, l’ACIM (Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale) a décidé d’endosser le rôle d’observatoire sur le sujet en publiant chaque année une enquête synthétisant l’ensemble des données disponibles sur le marché de la musique et sur l’offre des bibliothèques en la matière.
 
La première enquête qui vient d’être publiée bat en brèche un certain nombre d’idées reçues : si le nombre global des prêts de disques en bibliothèque s’érode depuis plusieurs années, chaque disque est prêté en moyenne 2,1 fois par an, soit beaucoup plus que les livres dont le taux de rotation est de seulement 1,4.
 
En 2012, 57 % des bibliothèques disposaient d’un fonds de documents sonores (musique ou livres enregistrés), contre seulement 48 % en 2010. Ce fonds représente en moyenne 8 % des collections totales d’un établissement.
 
En 2012 toujours, 98 % des bibliothèques des communes de 40 000 habitants et plus ont acheté des documents sonores.
 
Quant au marché du disque en France, il reste encore, contrairement aux Etats-Unis, majoritairement organisé autour du support physique qui représentait 74,5 % du marché de la musique enregistrée en 2013, contre 25,5 % pour la musique sous forme numérique.
 
L’écoute de musique constitue une des pratiques préférées des Français : 34 % en écoutent tous les jours ou presque.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités