22 août > roman Irlande

Transatlantic entrelace les époques et les destins. En 2012, le prologue s’ouvre sur une femme avec enfants dont on ne sait le nom, dans une maison survolée par des mouettes qui lâchent des huîtres sur le toit. Puis le lecteur se déporte en 1919, juste après que la Grande Guerre a ébranlé le monde. Jack Alcock, 26 ans, est pilote de bombardier, et Teddy Brown, 32 ans, navigateur. Le premier est fou de mécanique, le second a eu la jambe abîmée par une balle ennemie.

Les deux hommes ont fait le pari de traverser l’Atlantique d’une traite, avec à bord cent quatre-vingt-dix-sept lettres affranchies au tarif utile. Ils veulent être le premier courrier aérien à relier les deux mondes. Pour cela, il leur faut naviguer « à l’estime » à neuf mille pieds au-dessus de l’océan. Affronter la pluie, la neige et le grésil. Avant de s’envoler, Alcock et Brown ont croisé Emily Ehrlich, solide Américaine, une journaliste de l’Evening Telegram célèbre pour ses digressions, dont la fille Lottie leur a préparé des sandwichs.

Puis nous voici cette fois à la fin du XIXe siècle. Frederick Douglass est un ancien esclave noir qui a fui le Maryland à l’âge de 20 ans et qui est devenu homme de lettres. Invité en Irlande pour donner des conférences et promouvoir l’émancipation universelle, il découvre un « pays froid et gris sous une coiffe de pluie », où la famine fait des ravages. En 1998, Colum McCann fait ensuite évoluer le sénateur George Mitchell, jeune père à 64 ans. Lequel quitte New York pour l’Irlande où il prend langue avec une Lottie Ehrlich qui habite un cottage au bord de l’eau.

ULF Andersen/Belfond - Colum McCann

Colum McCann
Transatlantic
Belfond
traduit de l’anglais (Irlande) par Jean-Luc Piningre
tirage : 50 000 ex.
Prix : 22 euros ; 384 p.
ISBN : 978-2-7144-5007-4
Sortie : 22 août

Sans atteindre les hauteurs de Et que le vaste monde poursuive sa course folle (Belfond, National Book Award 2009, repris en 10/18), Transatlantic prouve une nouvelle fois la maîtrise narrative de Colum McCann. Sa manière très habile de tisser entre elles les intrigues, de parler de l’identité, de la mémoire et de l’Histoire à travers une langue poétique et des personnages bien campés.

Al. F.

05.07 2013

Livre cité

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités