Une bibliothèque de Columbia contrainte d'autoriser le port d’armes | Livres Hebdo

Par Amélie Boutet, le 21.02.2017 à 16h24 (mis à jour le 21.02.2017 à 17h00) Etats-Unis

Une bibliothèque de Columbia contrainte d'autoriser le port d’armes

Ce panneau d'information a disparu de l'entrée de la bibliothèque. - Photo COPIE D'ÉCRAN/ABC17NEWS

La bibliothèque Daniel Boone, dans l'Etat du Missouri, a dû modifier son règlement pour éviter un procès.

Les résidents de l'Etat américain du Missouri n'étant plus tenus, depuis le 1er janvier, d’obtenir un permis pour disposer d’une arme à feu, le conseil d'administration de la bibliothèque Daniel Boone, dans la ville de Columbia, a dû modifier son règlement sous peine d’un procès, et ainsi ouvrir la possibilité du port d'armes dans ses locaux.

Désormais, il est précisé sur les panneaux d’affichage extérieurs à la bibliothèque que "nul ne peut posséder, dans les locaux de la bibliothèque, d’arme d’aucune sorte, à moins qu’il ne soit autorisé par la loi". Or si la loi appliquée depuis le début de l'année permet aux assemblées, aux tribunaux, aux administrations des comtés et des municipalités d'interdire les armes à feu dissimulées dans leurs bâtiments, les bibliothèques, à l'exception de celles qui sont détenues ou exploitées par les tribunaux, ne figurent pas parmi les endroits où les armes cachées sont interdites.

Respecter les droits des propriétaires d'armes

Selon Elinor Barrett, directrice adjointe de la bibliothèque Daniel Boone, citée par le quotidien Columbia Missourian, "l'interprétation de notre avocat sur cette loi, est que la bibliothèque est une subdivision politique. Il est possible d’interdire les armes à feu sur n’importe quel espace appartenant ou occupé par cette subdivision." Cependant, la bibliothèque Daniel Boone, prohibant les armes depuis 2003, s'est attirée les foudres de l’avocate Jennifer Bukowsky, qui représente la députée républicaine Cheri Toalson Reisch. Elle a menacé l’établissement d’un procès si les anciens panneaux d’affichage ("Porter ou détenir des armes à feu ou des armes est interdit") n’étaient pas enlevés avant le 10 mars. "Mon espoir est que le conseil prendra des mesures immédiates pour respecter les droits des propriétaires d'armes à feu", avait-elle déclaré.

Malgré le remplacement des panneaux d'affichage, la question de savoir si les armes peuvent être légalement introduites dans la bibliothèque n'a pas été résolue. Plusieurs usagers de la bibliothèque, qui ont assisté à la réunion de son conseil d'administration, le 16 janvier, ont manifesté leur souhait que les armes ne soient pas autorisées dans la bibliothèque.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre